Skies of Arcadia island

La terre de l'ancien monde

Chapitre 4 : Compagnons d'infortune

Lorsqu'ils arrivèrent chez Din, Alfonso et De Loco racontèrent ce qui s'est passé. Ils ignoraient également comment ils avaient survécus. L'épéiste eu la même réaction que son oncle lorsqu'elle appris qu'ils venaient d'Arcadia. Maest leur dit que c'était une légende assez populaire auprès des jeunes enfants. L'histoire parlait d'un monde céleste habité par les anges. Alfonso ricanait et De Loco disait que c'était vraiment n'importe quoi. Il demanda si les gens voyageaient en vaisseaux dans leur monde.

« Oui sauf que les nôtres ne volent pas. On les utilise pour voyager en mer, répondit Maest.

— Si je trouve le matériel nécessaire je pourrai reconstruire mon vaisseau et j'apporterai les modifications nécessaires pour qu'il vole, dit De Loco.

— Je ne veux pas vous décourager mais je ne sais pas si ça va marcher, dit l'adolescent.

— Et pourquoi ça !? Je suis un professionnel dans la construction de machines ! , s'énerva l'homme aux cheveux violet.

— Ce n'est pas ce que je voulais dire. Je ne doute pas de vos compétences d'ingénieur. Même si vous arrivez à construire un vaisseau qui peut voler, on ne sait pas s'il pourra se rendre à Arcadia. Si leur monde est dans le ciel et qu'il y a bien six lunes, pourquoi on ne les voit pas ? », demanda le mage.

L'ingénieur ne savait pas quoi répondre. Alfonso prit la parole.

« Comment va-t-on rentrer alors !? », s'écria t-il.

Din lui répondit qu'il fallait d'abord réparer le vaisseau et ensuite ils verraient. C'était difficile de répondre à cette question pour le moment. Maest remarqua qu'il commençait à se faire tard et dit aux autres qu'il devait rentrer. Din invita les deux amiraux à rester pour quelques temps. Alfonso ne voulait pas rester dans une maison de paysans mais il n'avait pas le choix. Il n'avait nul part où aller.

Din vit son oncle revenir. Ce dernier était partit au village. Il demanda à sa nièce de le suivre. Il semblait visiblement mal à l'aise et hésitait à parler. Din rompit le silence.

« Vous étiez en réunion avec les autres villageois n'est-ce pas ?, demanda-t-elle.

— Oui…, répondit-il.

— Ne vous inquiétez pas. Je savais que ça allait arriver tôt ou tard. En tant que maire, vous devez répondre aux demande des villageois.

— Je suis vraiment désolé », dit-il.

Elle le serra dans ses bras, s'efforçant de garder le même sourire puis lui souhaita une bonne nuit avant de partir dans sa chambre. Le lendemain matin, Din se leva de bonne heure pour préparer le déjeuner. Les deux amiraux venaient de se réveiller également. Elle leur fit signe que c'était prêt.

« Qu'est-ce que c'est ?, demanda Alfonso avec dédain.

— Ah ça ? Ce sont des oeufs. C'est un truc que les poules pondent, répondit-elle.

— Mais je le sais très bien !

— Pardon. C'est vrai que vous êtes des nobles. Vous mangez quoi d'habitude ?

— Des oeufs…

— Alors pourquoi vous faites cette tête ? Si vous n'en voulez pas je serais ravi d'en manger, dit Maest en lui prenant une tranche de pain.

— D'où il sort celui-là ? », demanda De Loco.

Maest venait toujours manger chez Din parce qu'il vivait seul et qu'il était nul en cuisine. Son amie, elle, était la cuisinière la plus douée qu'il connaissait. Din l'invita à s'assoir et lui donna son assiette. Lorsque le déjeuner fut terminé, l'adolescente leur dit qu'il fallait se rendre à la capitale de Delta pour acheter les outils pour reconstruire le vaisseau. Une fois là-bas ils pourraient trouver des gens pour les aider.

De Loco lui demanda une carte du continent, disant qu'il pourrait se débrouiller. Maest répliqua que la route était dangereuse même s'il avait une carte. Le Valuan ne tenait pas à ce que les deux jeunes viennent avec eux. Finalement, Din accepta de lui donner la carte. Les deux nobles quittèrent la maison.

Maest demanda à Din s'ils pourraient se débrouiller. Elle lui répondit qu'ils allaient les suivre. Ils partirent donc discrètement derrière eux. Un peu plus tard, Alfonso et De Loco étaient de nouveau dans la forêt où leurs vaisseaux s'étaient écrasés. L'ingénieur se retourna soudainement. L'autre Valuan le regarda bizarrement.

« J'ai cru entendre quelque chose », dit-il.

Alfonso lui dit que ce n'était que son imagination et lui dit qu'il fallait se dépêcher. Il tenait à arriver là-bas le plus vite possible. Après une heure de marche, ils arrivèrent dans une plaine. Au moins, ils étaient sortit de la forêt mais ils ne savaient pas quel chemin prendre pour se rendre à la capitale de Delta. Din ne leur avait pas dit le nom de la ville. Le blond regarda derrière lui un instant et vit les deux adolescents qui étaient juste derrière eux.

Il se retourna en espèrant que c'était une hallucination. Alfonso regarda de nouveau et vit que Din et Maest étaient toujours là. Le garçon aux cheveux châtains le salua d'un signe de la main. De Loco se tourna vers eux également et soupira.

« On peux vous aider ?, proposa l'épéiste.

— Pourquoi vous nous suivez ?, demanda l'ingénieur.

— On connait cet endroit comme notre poche ! Din et moi on est les meilleurs guides que vous pouvez avoir, dit Maest.

— Même avec une carte vous ne pouvez pas vous débrouiller seuls ici », ajouta la fille aux cheveux rouge.

Les deux amiraux n'eurent pas le choix d'accepter. Ils suivirent donc leur… compagnons d'infortune. Le crépuscule arriva rapidement. Le groupe se rendit devant la ville, au moment où les larges portes de pierre se fermaient. Din courut vers les gardes, leur criant d'attendre mais ces derniers l'ignoraient totalement. Elle fonça droit sur eux et leur demanda de les laisser entrer. L'un d'eux lui dit qu'il fallait arriver plus tôt. Leur roi avait ordonné de ne laisser entrer personne à la tombée de la nuit. L'épéiste sortit une bourse et leur dit qu'elle payerait trente pièces d'or s'ils les laissait entrer.

Heureusement, ces derniers finirent par accepter et le groupe put se rendre à l'auberge de la ville. Le lendemain, ils iraient acheter les outils dont ils avaient besoin.

Écrit par Din - Lire la suite ==>

Syndication : RSS Partenaires : DCGAMES Blue Swirl
Code couleur : noir = normal ; vert = Dreamcast ; violet = Gamecube
© 2002-2017 Copie partielle ou intégrale interdite sans l'autorisation des auteurs