Skies of Arcadia island

La terre de l'ancien monde

Chapitre 6 : Le monarque de Deltaël

Le roi, Harken XVI, était connu comme étant un bon souverain et un puissant guerrier. Il avait toujours eu de bonne relation avec les autres pays. Tout le monde savait que son pays ne connaîtrait jamais la guerre durant son règne. Cependant, les habitants ont remarqué que l’atmosphère était tendue à Deltaël. La majorité des magasins n’avaient plus le droit de vendre leurs produits aux villageois. Tout était réservé aux soldats du royaume.

Les habitants du village de Minkerell recevaient autrefois la protection des gardes envoyés par le roi. Ce dernier arrêta d’envoyer ses soldats et les villageois furent obligés de se défendre par leurs propres moyens.

Au palais, la tension montait de plus en plus. Harken était très nerveux. Une servante s’était enfuie avec un saphir d’une grande importance. L’invité du roi, un homme blond, perdait patience.

« Alors ?! Où se trouve cette pierre ? Je n’arrive pas à croire que j’ai demandé votre aide. Ça me dégoûte !, s’exclama-t-il avec fureur.

— Je vous en prie ! Je sais que vous avez du mépris envers mon peuple. C’est bien normal après ce que mes ancêtres ont fait. Je tiens à vous aider. Nous allons retrouver le saphir, je vous le promets, dit le roi.

— J’espère pour vous… Ce joyau permet d’identifier le Feïress, celui qui pourra sauver notre peuple. Ne pensez pas à nous trahir ou vous le regretterez.

— Lord Reyson, comme je vous l’ai déjà dit, je suis de votre côté tant que mon peuple est en sécurité », répondit le monarque.

Un garde arriva dans la salle pour donner son rapport. Il n’avait pas trouvé le joyau, mais à l’auberge, il y avait deux étrangers suspects. À la demande du roi, le soldat décrivit les deux individus. Reyson écarquilla les yeux et demanda à voir ces gens. Le roi ordonna au garde d’aller chercher les étrangers.

Pendant ce temps, le groupe se préparait à partir pour se rendre à la ville voisine. Ils se demandaient s’ils devaient prendre le saphir avec eux. Alfonso prit la pierre sans hésiter. Bien qu’il fût déjà riche, il ne ratait jamais une occasion d’avoir encore plus d’argent.

À la sortie de l’auberge, un soldat vint à leur rencontre. Il demanda aux deux amiraux de le suivre.

« Hein !? Pourquoi juste eux ?, demanda Din.

— Vous êtes avec eux ? », demanda le garde.

L’épéiste lui répondit que c’était le cas. L’homme emmena donc les deux adolescents.

Din regretta de s’être mise dans cette situation. Ils s’étaient retrouvés tous les quatre dans une cellule.

« Oh merde…, marmonna-t-elle.

— Bravo Din. Ça c’était vraiment brillant », dit Maest avec sarcasme.

Elle resta silencieuse, sachant très bien que son ami avait raison de lui faire des reproches. Soudain, ils entendirent quelqu’un approcher. Un homme aux cheveux blonds, aux yeux gris acier, entra dans la salle. D’après ses vêtements, on pouvait penser que c’était un mage de rang supérieur. Il y avait trois rangs chez les mages élémentaux. Maest était un apprenti. Avec de l’entrainement, il pourrait devenir officiellement un mage. L’homme devant eux était sûrement un sage.

Il appela un soldat et donna l’ordre de commencer la fouille.

« Hey ! Attention où vous mettez les mains ! », lui cria Din.

Alfonso trouvait que ce n’était pas une façon de traiter une femme. Le garde lui fit la remarque que ça ne ressemblait pas à une fille. Le commentaire lui valu une énorme gifle de la part de Din. Le soldat lança un regard noir à l’adolescente avant de fouiller les trois autres. Il sortit une boîte qui se trouvait dans la poche du noble aux cheveux blonds.

Le sage l’ouvrit et poussa une exclamation. Le saphir était bel et bien à l’intérieur, mais quelque chose avait changé.

« Vous… Vous êtes…, commença-t-il.

— Lord Reyson ? Quelque chose ne va pas ? », demanda le garde.

Reyson s’avança et prit le bras d’Alfonso. Ce dernier essaya de se dégager tandis que le sage relevait sa manche. L’amiral commença à avoir peur lorsque Reyson sortit un poignard.

« Mais vous êtes complètement malade !!! », cria Alfonso en le poussant de toutes ses forces.

Reyson se releva en remettant l’arme dans son fourreau. Il sortit, laissant le groupe enfermé dans la cellule. Il revint dans la salle du trône. « Alors ?…, demanda le roi.

— Je l’ai retrouvé, mais regardez ces symboles, dit Reyson.

— Ils n’étaient pas là avant, non ?

— Exactement. L’espoir revient plus vite que je pensais », dit le sage avec un sourire.

Pendant ce temps, le groupe se demandait ce qui se passait. Une jeune fille aux cheveux blonds et aux yeux bleu nuit entra. Elle leur avait apporté de la nourriture et de l’eau. Son teint pâle prit une teinte rosé lorsqu’elle croisa le regard d’Alfonso.

« Euh… Je… Veuillez excuser les manières de Lord Reyson. Vous serez bientôt libre et accueilli en héro, dit-elle.

— De quoi parlez-vous ?, demanda le noble aux cheveux blonds.

— Vous verrez bientôt. Pour l’instant, tout ce que je peux vous dire c’est que nous avons besoin de vous. Au fait, je m’appelle Meryl. Et vous ?

— Alfonso Valdez », répondit-il.

Meryl lui fit un sourire avant de s’en aller. Le groupe ne comprenait plus rien. Ils furent obligés de passer la nuit dans la prison du château. Le lendemain soir, un homme vint les rencontrer. C’était un vieillard qui travaillait comme domestique. Il leur révéla que sa fille, Rena, était celle qui s’était enfuie avec le saphir. L’homme leur dit de le suivre. Alfonso protesta.

« Ça suffit ! Quelqu’un peut m’expliquer ce qui se passe ? Je ne comprend rien à cette histoire !!! », s’énerva-t-il.

L’homme lui expliqua qu’autrefois le continent de Delta était une partie de l’empire de Feni-ore. Les habitants, les Eres, étaient de puissants mages utilisant les pouvoirs de l’eau et de la foudre. Après la guerre, la majorité du continent s’est effondrée. Une légende racontait que le Feïress sera celui qui apportera la prospérité au peuple Eres.

« D’accord, mais qu’est-ce qu’il y a de mal à ça ?, demanda Din.

— Je m’en fiche ! Je ne vais pas aider ces gens après que l’un d’eux ait essayé de m’ouvrir le bras !, s’exclama Alfonso.

— Et puis, il doit y avoir une erreur. Nous ne venons pas d’ici », ajouta De Loco.

Le vieil homme leur dit qu’il allait les aider à s’échapper. Ils suivirent le servant en silence.

Écrit par Din - Lire la suite ==>

Syndication : RSS Partenaires : DCGAMES Blue Swirl
Code couleur : noir = normal ; vert = Dreamcast ; violet = Gamecube
© 2002-2017 Copie partielle ou intégrale interdite sans l'autorisation des auteurs