Skies of Arcadia island

Chimères

Chapitre V:Hearthacke

-Hmmm...Vyse ouvrit les yeux…
-Il reprend ses esprit. Dit Vigoro. Eyh !Vyse !Poteau, ça va ?
-Qu…Oh ma tête…Dit il en se tenant la dite tête
-Calme toi. Dit Tesshu. Tu est chez moi a Nasrad, je suis Fujioka Tesshu, humble médecin…
-Qu'est il arrivé a l'île croissant ?A mes compagnons ?
-Tes amis attendrons, nous avons quelques sujets sur lesquels nous voudrions t'entretenir…
-Piastol !Dit Vigoro. Soit pas aussi froide!T'inquiète, tout le monde va bien…Euh… excepté…Piastol avait envie de frapper Vigoro. On lui disait qu'elle était insensible mais ce vieil ours avait autant, voir moins de tact qu'elle.
-Fina a été enlevée par tes agresseurs.
-Quoi ?!S'exclama Vyse. On doit lancer des recherches !Je dois prévenir Enrique je…
-C'est inutile on ne t'écoutera pas. Répondit Tesshu.
-Si tu sors de cette maison tu est déjà mort. Dit Piastol.
-…Et si vous me racontiez ce qu'il s'était passé exactement. Dit le capitaine. Ils racontèrent a Vyse la raison de leur venue, ce qu'ils savaient sur les thugs, et ce dont il était accusé.
-V…Voyons c'est absurde !Comment aurais je pu attaquer Nasrad alors que j'était inconscient ?!
-Va expliquer ça a une foule en colère. Répondit Vigoro. Aux familles des gens que tu as sois-disant tué, au mieux ils te jugerons en coup de vent. Mais le résultat sera le même.
-Où est mon bateau ?
-Il est resté a l'île croissant mais ce serait du suicide d'y retourner. Dit Piastol. Quelqu'un a Nasrad vendra sûrement la mèche.
-Dans ce cas, laissez moi venir avec vous. Dit Vyse.
-Tu vas effectivement venir avec nous, dit Piastol mais pas pour la raison que tu crois. La pointe de la dague était déjà sous le menton de Vyse. Celui-ci regarda l'arme avec considération.
-Observe bien cette arme…Elle ne te dis rien ?
-Hmmm…Je me souviens en avoir aperçu, peut-être a Nasrad…La pointe de la dague s'approcha un peu plus de sa gorge.
-Tu t'enfonce, savais tu que Doc était mort ?Vyse eut un sursaut tel qu'il faillit oublier le couteau qui lui frôlait la pomme d'Adam .
-D…Doc est mort ?!Que lui est il arrivé ?!Et Maria ?!
-Maria va bien je te remercie de ta sollicitude. Dit Piastol sur un ton qui puait le cynisme a plein nez. Cette dague, vois tu, sais tu où je l'ai trouvée ?Fichée en plein dans le cœur de Doc, flagellé et crucifié dans un bateau en feu avec Maria a ses pieds…Elle marqua un temps pour que ses paroles fassent plus d'effet et observa la scène. Personne ne cherchait a l'arrêter Vigoro et Tesshu la regardaient impassiblement depuis leur place. Elle reprit.
-J'ai trouvé quelqu'un possédant une dague similaire qui m'a certifié que cette arme avait été vendue par TOI !Elle avait dit le mot plus fort que les autres, elle ne voulait pas laisser transparaître sa haine mais elle serrait déjà les dents. Vyse, qui avait repris ses esprits lui exposait un visage strictement neutre.
-Piastol.
-La ferme !
-Piastol.
-Je ne t'ai pas donné l'autorisation de parler ! Hurla t'elle.
-Je répondrais a toutes les questions que tu voudras, lorsque tu auras ôté cette arme de ma gorge. Elle comptait faire craquer Vyse en faisant perler le sang sur la lame, mais son visage regardait son sang avec la même neutralité. Ca la rendait malade !Comment pouvait il être plus calme qu'elle ?!Elle qui était l'impassible ange de la mort ?!!Celle qui aurait assassiné femme et enfant pour de l'argent. La haine, la haine était trop forte, la pression sur le couteau augmentait. Elle allait le tuer, elle devait le tuer, pour avoir été aussi outrageusement calme. Son visage transpirait et ses dents crissait et ses poings se crispaient. Finalement elle relâcha le poignard dans un grand soupir et le lança vers une poutre de soutiens où elle se fixa.
-Je…Il vaut mieux que je m'arrête là, où je vais faire une bêtise…Elle se leva et s'assit sur le canapé. Tesshu tendit un mouchoir a Vyse pour qu'il puisse essuyer le sang.
-Tu est fatigué chérie. Fit Vigoro. On va se reposer dans le bateau. Vigoro se tourna vers Tesshu. -
-Je compte sur toi pour le cacher ce soir.
-Quoi ?!!Il n'en est pas question !J'ai déjà réglé ma part !
-Tesshu, ça n'est pas en tant que dette a payer que je te demande ça, mais en tant qu'ami. Tesshu fixa Vigoro quelque secondes d'un regard furibond, puis…
-Salaud !Immonde bâtard !Pauvre type !Dit il en se tournant vers Vyse.
-C'est bon il s'en charge. Dit Vigoro a Piastol. Viens, on y va. C'est continuant sur les insultes diverses et variées que Tesshu ferma pratiquement la porte au nez a ses visiteurs qui s'éloignèrent dans la pénombre.
-…Pourquoi a t'il fait ça ?Demanda Piastol -Oh, c'est sa façon a lui de bouder quand il pas le choix.
-Pourquoi a t'il soigné Vyse ?Rectifia Piastol.
-Ca ?Oh, disons que je lui ait rendu un petit service il y a quelques mois et que maintenant je suis venu demandé de rembourser…
-Qu'est ce que tu as fait ?Il t'as embauché comme tueur ?
-Crois moi, il est plus doué que moi pour tuer les gens. Répondit il a sa plaisanterie. Je l'ai pris sur mon vaisseau alors que le siens allais couler, c'était a la bataille du mont Kazai. J'avais pas le droit de sauver un ennemi normalement, mais…Voilà…On peut-être considéré comme un monstre, on saigne néanmoins comme un humain…

*****************************************************************

Aïka ouvra un œil, puis l'autre. Elle voulu passer sa main sur son visage et remarqua qu'elle ne pouvait pas la bouger. Elle jeta un coup d'œil au plâtre qui l'entourait . Tout son corps lui faisait mal. Elle se leva, elle tenta de rester sur ses jambes. Elle se frotta les yeux et s'avança devant la glace…

Elle faisait peur a voir.

Une fille aux cheveux roux détaché dans une petite chemise de nuit blanche était devant elle, elle avait un énorme coquard a l'œil droit et des morceaux de coton dans le nez. Elle passa sa main valide dans ses cheveux pour les ramener en arrière, la fille en fit autant. Au bout de quelques minutes, elle s'aperçut que la fille dans la glace n'était que son propre reflet. Aïka commença alors a se poser la questions habituelle. Comment m'en suis je sortie ? Apparemment, ils ne m'ont pas raté là bas. Kirala rentra dans la chambre.
-Ah, tu est réveillée, tu as dormi presque 5 heures.
-Où est Piastol ?
-Elle est partie avec Vigoro amener Vyse au médecin.
-Je vais bientôt devoir le rejoindre moi aussi n'est ce pas ?
-Non, tu n'as rien de grave. Rassure toi, et allonge toi si tu compte pouvoir tenir sur tes pieds quand ils reviendront. Kirala était dans le vrai, car a peine cette phrase prononcée elle perdit son équilibre et tomba sur le lit. Kirala lui posa une compresse sur le front. Maria la regardait de loin. Kirala lui avait expliqué a part qu'Aïka avait été attaqué par le gens parce qu'il la prenaient pour une méchante. Une méchante du même genre qui a tué Oncle Doc ?Se dit elle. Elle regarda Aïka sur le lit qui souffrait pendant que Kirala triturait son plâtre. Non elle n'avait pas la tête d'une méchante. Elle s'avança timidement vers le lit. Et se tint là pendant que Kirala s'occupait d'elle.
-Voilà, dit Kirala. Au fait, tes habits sont en piteux état, je demanderais a Piastol de t'en acheter demain. En attendant…Elle lui jeta des vêtements propres a la figure. Tu mettra ça, c'est a moi. Aïka déplia les tissu, elle pouvait rentrer au moins deux fois dans le T-Shirt.
-C'est beaucoup trop grand !
-Evidement, si tu préfère rester comme ça quand Vigoro rentrera... Aïka rougit jusqu'au oreilles a cette pensée et la maçonne éclata de rire avant de partir vaquer a ses occupation. Maria restait là a contempler Aïka qui regardait le plafond. Le silence s'installa. Finalement, Aïka se tourna vers elle.
-Ca va ?Demanda la rouquine
-Oui…Re-silence. Ca fait mal ?Questionna Maria.
-Oh, non ça va, ne t'inquiète pas, je tiendrais le coup.
-Ils vous prenaient vraiment pour une méchante là bas ?
-Oui…
-Mais vous l'êtes pas vraiment non ?Demanda la gamine
-Non, bien-sur que non !Répondit Aïka.
-Alors…Pourquoi ils vous ont pris pour une méchante…Si vous l'étiez pas ?Demanda la petite fille. Aïka réfléchit. Comment expliquer ça a une enfant ?
-Ecoute Maria, dans la vie…Il y aura toujours des gens, ceux-ci te parlerons de choses et d'autres en te disant que c'est la vérité parce que tout le monde le dit. Et bien ne les écoutes pas eux, fie toi a ton cœur, lui seul te dira si la vérité se cache dans leur paroles…
-Je n'ai pas compris…Dit Maria d'un ton très sérieux. Aïka éclata de rire…La petite fille pris un air vexé. Aïka caressa ses cheveux blancs comme la neige de sa main valide.
-C'est pas grave Maria, quand tu sera grande, tu comprendra, je te fais confiance…
-Maria ?Fit la voix de Kirala. Viens m'aider a préparer le repas !
-J'arrive !Répondit l'enfant. Et elle se précipita vers la porte, et avant de la passer, se tourna vers l'infirme. Euh…Au revoir.
-Au revoir Maria !Dit Aïka, elle ferma la porte derrière elle, Aïka attrapa les vêtements de Kirala et commença a se changer.

*****************************************************************

Le bateau n'était pas au port. Il était passé par beaucoup de petits embranchements pour pouvoir se faufiler dans une petite impasse qui donnait sur le vide…Piastol entra dans le bateau Deathound l'accueillit avec des jappements sonores et Pow grogna parce qu'il ne voyait plus Vyse. Kirala se tourna vers elle.
-Où est Vyse ?
-Nous l'avons laissé au médecin, c'est quelqu'un de confiance. Pas trop de casse de votre coté ?
-Aïka en a pris un sacré coup, mais je me suis chargé de la soigner.
-Maria ?Est ce que tu vas bien ?
-Ouiiii !Kirala m'a appris a faire la cuisine !La figure de Piastol fit une contorsion compliquée qui ressemblait a un sourire.
-C'est très bien…Elle se tourna vers Kirala pendant que Maria allait vers Pow et lui chuchota au passage…
-Tu lui brise le cœur, je te brise le cou, compris ?La Yafutomane opina du chef. Elle n'aimait pas les manières de Piastol, mais elle la comprenait…A trop vivre seule, on devient méfiant…Aïka sortit de la pièce d'a coté. Sa chemise lui tombait quasiment sous les hanches.
-Eyh !Fit Vigoro. Ca te donne un air Sexy !
-Ferme la Vigoro ! Fit Aïka en se lançant un Sacrilen. Ils s'installèrent pour le dîner. Et ils racontèrent leur journée, en omettant néanmoins la menace de mort que Piastol avait proféré sur Vyse…
-Qu'allez vous faire demain ?Demanda Kirala.
-Nous devons aller voir Astuto. Répondit Vigoro. C'est un informateur, si il y a quelque chose a savoir a Nasrad, c'est lui qui le saura. Il est très influent. C'est une vielle connaissance. C'est grâce a lui que j'ai retrouvé votre base la première fois.
-Tu n'était pas venu avec les Valuans ?Demanda Aïka.
-Si, mais lorsque j'ai quitté l'armada, je n'ai pas pris les coordonnées de l'île. Il m'était donc quasi impossible de la retrouver.
-Tu crois qu'il voudra nous aider ?Demanda Piastol.
-Si on y met le prix…Répondit Vigoro.
-On se cotisera. Dit solennellement Aïka.
-Hmm…Piastol. Dit Kirala. Si tu pouvais chercher des vêtements pour Aïka quand tu sera en ville, elle peut pas sortir comme ça !
-On verra. Répondit l'ange de la mort.

Le Crusader s'éloigna de la cote et se cacha dans les nuages. Le repas se termina en silence et chacun partit se coucher, certains durent cohabiter, car le navire ne contenais que quatre pièces, la chambre, la salle du gouvernail qui avait servi au repas, celle des machines et la cale, le vaisseau étant prévu pour une seule personne a la base. Ainsi Kirala, Piastol et Maria dormirent dans la salle du gouvernail, laissant la chambre a Aïka et Vigoro dormit, malgré ses vives protestations, en fond de cale, en compagnie de Deathound et Pow qui montraient les dents si il approchait trop.

Le lendemain matin, le bateau revint s'amarrer dans la ruelle. Piastol et Vigoro en sortirent et le Crusader s'éloigna. Vigoro conduit Piastol au pub. Ils allèrent voir le barman en lui demandant Astuto. Celui-ci les conduisit dans une porte secrète et les fit entrer dans couloir obscur. Au bout du couloir, la porte menait a un petit bureau éclairé par la lumière du jour sortant de plusieurs fenêtres. Un homme était assis devant eux, il avait de long cheveux blonds qui lui couraient dans le cou, un regard patibulaire et une clope au bec. Il avait les pieds sur la table et lisait un livre qui semblait l'amuser. En les voyant entrer, il posa le livre et les regarda dans les yeux.
-Vigoro !Tiens tiens, comme on se retrouve. Besoin d'aide ?Demanda l'informateur
-Ouais.
-Et tu est venu me voir car tu sais que je suis le meilleur bien sur.
-Arrête de vanter ta marchandise et dépêche toi. Fit Piastol.
-Hmmm, ta copine m'est antipathique, ça va te coûter cher, quoi que tu cherche… Vigoro lança un regard a Piastol qui voulait dire " Je m'en charge ". Elle acquiesça et s'assit sur un des canapés près du mur. Vigoro s'assit sur la chaise en face de lui.
-Tu me connais j'vais pas aller par quatre chemin, dis moi tout ce que tu sais sur les derniers évènements concernant le capitaine Vyse et sur des pirates en noirs qui voleraient sans bateau, fixe bien ton prix parce que je te payerais qu'une fois compris ?
-20 000 Or. Fit Astuto. Vigoro lança la bourse sur le bureau, Astuto l'ouvrit et se mit a compter les pièces. Quand il fut bien sûr qu'il avait son compte. Il s'éclaircit la gorge, puis commença.
-Tout le monde est étonné du comportement de Vyse aujourd'hui. Il a changé du tout au tout depuis quelques mois. Il est impliqué dans un Trafic d'armes, considéré comme un nouveau Lapens, mais en pire. Il y a quelques jours, accompagné de mystérieux pirates, il a attaqué le port de Valua par la force et en est sorti avec le Delphinus. Malgré la résistance de l'empereur Enrique et du mercenaire mondialement connu Lawrence qui trouva la mort pendant le combat. Enrique a survécu mais j'ignore si il a été blessé et les circonstance de son salut. Les proches de Vyse ont nié son implication et on capturé Vyze, son ex-imposteur a la sortie d'un de ses spectacles. Puis Vyse a attaqué Nasrad hier alors que Vyze moisissait sur l'île des pirates, l'innocentant définitivement. A présent tout le monde est a la recherche de Vyse. Les Valuans et les Dynes écument les mers a sa recherche. J'ai eu vent d'une apparition d'Aïka au port hier, mais malgré les recherches, elle demeure introuvable. Quand aux pirates, il semblerait que ce soit un nouveau clan qui se soit formé, s'étant auto baptisé les " Thugs " Agissant en règle générale, a visage couvert et volant grâce a des capes noires équipées de machines les confondant avec des ailes. Vyse aurait pris la tête de ce groupe. On ignore qui ils sont et ce qu'ils sont, d'après les rumeurs des voyageurs venus de Valua, ils n'auraient rien d'humain et seraient des sortes de zombies pratiquement invincible et surpuissants pouvant tenir debout tant qu'il leur reste des jambes. Apparemment, eux et Vyse projettent de créer une révolution en renversant un par un les pouvoirs du monde. Et voilà, vous en savez autant que moi.
-Bon, fit Vigoro. Merci pour ton aide. Ils se levèrent et partirent du cabinet. De retour au pub. Piastol dit a Vigoro.
-Je m'occupe de ramener Vyse au Crusader, pendant ce temps, va prendre des vivres pour le bateau et achète quelque chose pour Aïka. Et Piastol partit sans remarquer que le sourire de Vigoro par rapport a ses derniers mots devenait de plus en plus suspect.

Piastol arriva devant chez Tesshu. Elle frappa et il n'y eut pas de réponse. Elle fit le tour de la maison et tomba sur une fenêtre ouverte par où elle rentra. Elle se trouvait dans un sous-sol. Des affaires diverses traînaient ici et là, épingles en tout genres, gants de combat. Hakamas plus sombres que ceux qu'elle avait vu. Elle ouvrit la porte menant au salon. Devant elle un homme de dos vêtu tout de noir et de parures dorées qui venait d'assommer Tesshu. Celui-ci haletait.
-Il est moins inoffensif qu'il en a l'air…
-Mais moi je ne le suis pas. Dit Piastol dont la lame de sa faux passait déjà devant la gorge de l'inconnu. Mains en l'air. L'inconnu s'exécuta. Retourne toi et montre moi ton joli petit minois. L'agresseur se retourna et enleva sa cagoule. Piastol examina l'homme. Des cheveux noirs hérissés, des yeux noirs qui la fixait, une cicatrice sur la joue gauche, un anneau dans l'oreille droite.

Se pourrait il
…Pensa t'elle.

L'agresseur profita de ce moment de distraction pour la faucher d'un coup de pied. Piastol chuta au sol et il se précipita vers la large porte en ébène , bondit et la fracassa d'un coup de genou, pour s'enfuir dans la rue. Piastol bondit sur ses pieds le plus rapidement qu'elle pouvait et le poursuivit.

*****************************************************************

Susano regardait l'ancien Oméga avancer vers lui.
-Votre excellence. Nous avons trouvé le déclencheur et nous vous l'apportons sans plus tarder. Nos thugs ont bien fait leurs travail. Les thugs en question tirèrent sur la corde qui entourait Fina et la poussèrent vers leur maître. Celle ci leva les yeux vers Susano et retint un cri d'horreur.
-A…Anciens !Dit elle a l'intention d'Oméga. Comment avez vous pu le libérer ?!!
-Nous croyait tu assez profondément bon pour nous sacrifier pour vous ?Demanda Oméga a Fina en réprimant un rictus.
-Silence Oméga. Susano se leva de son trône, les Oméga et les thugs s'inclinèrent et forcèrent Fina a en faire autant. Celui-ci saisit le menton de la jeune fille et la fixa dans les yeux.
-Hmmm…Parfait. Bien que tu sois l'ultime survivante de ta race, tu est un spécimen de choix…
-Comment avez vous crée ces guerriers Susano ?!Dit Fina. Comment ont ils pu battre Vyse ?!
-Il est vrai que tu mérite bien quelques explications. Thugs !Enlevez vos cagoules !Les quatre cagoules tombèrent au sol et Fina écarquilla les yeux.
-Non…C'est pas possible…

*****************************************************************

Gavroche, fusillé, taquinait la fusillade. Il avait l'air de s'amuser beaucoup. C'était le moineau becquettent les chasseurs.[…]Les insurgés, haletants d'anxiété, le suivaient des yeux. La barricade tremblait ;lui, il chantait. Ce n'était pas un enfant, ce n'était pas un homme, c'était un gamin-fée. On eût dit le nain invulnérable de la mêlée. Les balles couraient après lui, il était plus leste qu'elles. Il jouait on ne sait quel effrayant jeu de cache-cache avec la mort ;chaque fois que la face camarde du spectre approchait, le gamin lui donnait un pichenette.


Victor Hugo, " Les Misérables "(1862).

Notes :

"Viper Dragoon" :Salut !Pas grand chose a dire sur ce chapitre
-Hearthacke
Crise cardiaque est une traduction littérale, c'est pour parler de Doc, et ce qui lui est arrivé.
-Astuto
Je pense qu'il n'apparaîtra plus dans la fic a partir de maintenant. Il est essentiel pour que Piastol et Vigoro en savent autant qu'Enrique. Astuto veut dire " Malin " En espagnol, beaucoup de noms des personnages de Skies sont des mots espagnols (De Loco veut dire fou, Vigoro vigueur, et Bellezza belle !Souvenez vous en !)
- ???
L'homme en noir est celui que Maria avait cité dans le chapitre II les dorures sur les capes de thugs veulent signifier que ce sont des gradés, donc, déjà qu'ils sont surpuissants, celui-ci a cassé une porte vachement solide d'un coup de genou. Super fort hein ?La suite éclairera plusieurs points obscur de l'histoire. @+ !

Écrit par Viper Dragoon- Lire la suite ==>

Syndication : RSS Partenaires : DCGAMES Blue Swirl
Code couleur : noir = normal ; vert = Dreamcast ; violet = Gamecube
© 2002-2017 Copie partielle ou intégrale interdite sans l'autorisation des auteurs