Skies of Arcadia island

Devil Never Really Cry

Acte I : Le Paradis

Scène 2 : A la recherche de mon passé...


-Comment va t'il ?
-Son état est stable, il a eu beaucoup de chance...
-Amenons le a l'infirmerie. Dit la voix.
-Que...Qu...Dit faiblement Ramirez.
-Il est conscient ! C'est incroyable. Ramirez ne voyait que des ombres qui bougeaient autour de lui. Mais il voyait du sang. Son sang. Alors ça n'était pas fini ?Incroyable. Il avait survécu...
-J'ai...Réussi...Dit il avant de sombrer dans les ténèbres...

Ramirez ouvrit a nouveau les yeux. Il voyait mieux a présent. Mais tout était encore un peu flou...Il regarda son corps, il était recouvert de bandages. Il se leva...Tenta de faire quelques pas. Un homme rentra dans la pièce et dès qu'il le vit debout, il se précipita vers lui, lâchant ses fiches pour le rattraper avant qu'il ne tombe sur le sol.
-Où suis-je ?
-Chhht !Tu a besoin de repos. Ramirez tendit la main et se lança un sort de Sacrilem. Il se sentit un peu mieux.
-Je ne crois pas que ça sera suffisant pour panser tes blessures dit l'homme. Seul le temps le pourra.
-Qui êtes vous ?
-Oh !Je ne me suis pas présenté, Excuse moi !Je m'appelle Doc, je suis le médecin de ce navire.
-C'est un bateau ?Dit Ramirez. En regardant la salle qui l'entourait. Il avait l'impression de se trouver dans une pièce qui voguait sur les nuages.
-C'est vrai que ça doit t'étonner, vu sur quel bateau tu naviguait. Je n'en avais jamais vu de tel, d'où viens tu ?
-De...Très loin...Répondit t'il.
-Comment t'appelle tu ?
-Ramirez...
-Et bien Ramirez tu peut te vanter d'avoir de la chance !Ton vaisseau était sérieusement endommagé lorsqu'on t'a aperçut sur un plateau montagneux, si on été arrivé une heure plus tard, tu serais mort.
-...Où va t'on ?
-Nous nous dirigeons vers le complexe minier du mont pierre de lune à Ixa'Taka. Ah !Au fait !Le général Mendoza voudra te voir lorsque nous serons là bas, dès que tu sera assez rétablit bien sûr!Ramirez se lança un second sort de Sacrilem.
-D'accord.


-Bonjour Ryu-Kan. Dit Vyse a l'ermite. Ils étaient arrivés à l'aube à l'île de Ryu-Kan, île complexe à repérer et qui aurait valu de longues heures de recherches sans carte.
-Bonjour capitaine Vyse. Répondit Ryu-Kan.
-Je ne suis plus votre capitaine vous savez, il est inutile de m'appeler comme ça...
-Pour moi vous resterez un homme de grande valeur que je continuerait a respecter. Quel bon vent vous emmène ?
-Le vent du besoin hélas, Fina est tombé malade et nous avons besoin de ginseng pour la soigner, Kirala m'a dit que vous en auriez.
-Il est vrai que j'en possède une modeste plantation, malheureusement, mes réserves sont vides et la saison est passé. Je ne puis honorer votre demande capitaine, croyez bien que j'en suis désolé.
-Ca n'est pas grave, sauriez vous par hasard où nous pourrions nous en procurer ?
-Je pense que vous n'aurez pas de difficultés à en trouver à Yafutoma, après tout, c'est une capitale commerciale.
-Merci encore.
-Revenez quand vous voulez, votre visite est un rayon de soleil dans cette cabane. Vyse remonta sur son navire.
-Alors ?Mister Blablabla t'as donné du ginseng ?Demanda Aïka.
-Il n'en a plus. Allons a Yafutoma, il y en aura peut-être.

Ramirez ouvrit les yeux. Il ne se rappelait pas du tout de ce souvenir. Mais pourtant, il lui semblait qu'il était réel, peut-être est-ce l'explication qu'il attendait ?Bah, qui vivra verra se dit il, or, il était bien décidé a vivre. Il sortit du renfoncement de nuages dans lequel il se trouvait caché et partit pour Nasrad. Il passa la frontière, Esperanza étant une contrée voisine de Nasrad, la seule vue de l'Espadon suffit a passer le poste sans passeport ni problème. Il continua, suivant les coordonnées indiquées sur la carte lorsque soudain.
-Qu'est ce que c'était ?Dit Ramirez. Un coup de canon venait de retentir derrière lui. Il y avait un bateau. Il ne faisait aucun doute qu'il avait été fabriqué a Nasrad, il était couvert de canon, et arborait un drapeau de pirate bleu avec une tête de mort à lunette de soleil et barbe a pics. Ramirez fut soulagé, ce n'était que des voleurs bleu, si ça avait été des pirates noirs où le poste de frontière, il n'aurait eu aucune chance. Le vaisseau se rapprocha de l'Espadon. Quand ils furent au coude à coude, deux hommes abaissèrent une planche, Ramirez, toujours déguisé en soldat d'Esperanza s'avança sur la passerelle, son casque ne laissant paraître que sa bouche était parfait pour couvrir son identité. Un homme monta sur la planche. Il avait une barbe et des lunettes dans le même genre que sur le drapeau, ce qui laissait penser qu'il en était le capitaine.
-Holà mon gars !Où tu va comme ça ?
-Pardonnez ma précipitation. Répondit Ramirez. Je me nomme Arkh, je suis soldat de la ville d'Esperanza et j'apporte des nouvelles au capitaine Vyse. A ce nom le colosse barbu sembla se détendre.
-Ah ce Don !Sacré gaillard !J'me présente :Khazim capitaine du Hérisson, le beau vaisseau qu'tu vois là!J'était l'ancien canonnier de Vyse !Et c'était tellement top que je suis devenu pirate à mon tour !Il lui serra la main avec force, broyant tous les doigts de Ramirez.
-Vas-y mon gars !L'île croissant est au nord, tu peut pas la louper !
-Merci...Dit Ramirez.
-De rien Arkh !Ciao !Et ils remontèrent. Il avait eu raison de garder son casque. Il porterais le costume de garde tout le temps a présent. Ainsi l'île croissant était bien la base de Vyse ?Il avait vu juste !Il ne lui restait plus qu'a maintenir le cap...

Ramirez s'enfonça dans le brouillard. Continuant sa route avec détermination...Quand soudain...Une forme se dessina a l'horizon et l'île y apparut. Elle était magnifique a travers le brouillard. Comme un croissant de lune...Il la vit...Il la vit...

Du feu, des flammes, des coups de canons et...Ramirez...
-Alors Vyse ?Que choisit tu ?Les cristaux de lunes, ou la vie de ton équipage ?
-C'est bon Ramirez, tu as gagné, prend les cristaux, mais ne touche pas à mes hommes...
-Parfait !Dit Ramirez en ricanant, il toucha les cristaux et ils disparurent. Téléportés instantanément dans le Serpent qui attendait les ordres...
-Ramirez, Pourquoi ?Dit Fina. Nous étions amis !
-Je ne suis plus l'ami de personne Fina, je ne fais confiance qu'au pouvoir, lui seul est immuable. Au fait, savais tu que les anciens avait invoqué les premières pluies de la destructions ?
-C'est faux !Tu mens !Ca ne se peut pas...C'est impossible...
-HA HA HA HA HA !Regarde toi Fina !Tu est faible, tu as toujours été faible, et tu le sera toujours, tu ne peut rien contre nous. Le seigneur Galcian dominera bientôt ce monde de chiens !Et personne, PERSONNE NE POURRA NOUS EN EMPECHER !!
-Tait toi !Dit Aïka, tu ne peut pas comprendre ce qu'est l'amitié, car tu n'a jamais pu la ressentir !Tu est si arrogant et prévisible, Fina vaut mille fois mieux que toi !
-Ca n'a pas d'importance, ça n'a plus d'importance, bientôt, vous me supplierez à genoux de mettre un terme à vos misérables vies. un nouvel empire est sur le point de naître. Et pour cela j'ai besoin de toi !Il ôta son gant et une lumière s'en échappa, aussitôt, la poitrine de Fina fut comme soulevée. Chaque Silvite possède en lui un morceau du Cristal de lune, Et tu vas me donner le tien!
-AAAAAAHHHHH !!!
-FINA !Cria Vyse.


Ramirez ouvrit de grand yeux exorbités. Ces flammes, cette peur, cette désolation ils les avaient provoqués. Il en était le seul responsable, aveuglé par le pouvoir et l'avidité, deux défaut si humains...Qu'il ne pouvait le supporter. Il comprenait a présent qu'on ait peur de lui. Il comprenait la peur, la haine, la tristesse, le désespoir...Comment avait t'il pu commettre tous ces crimes ?!Chaque mot que lui avait dit Aïka dans le flash-back l'avait transpercé comme une aiguille portée au rouge. Il souffrait. Il avait été stupide. Tout était de sa faute...

Il débarqua sur l'île croissant. Lorsqu'il descendit il aperçut le vaisseau de Fina accosté au bord de l'île. Un vaisseau Silvite, similaire a celui qu'on lui avait donné. Il fut complètement sûr lorsqu'il vit dans la roche du bassin, derrière les crocodiles le portrait de Fina gravé dans la pierre et une fontaine en forme de Cupil. Il sourit. L'île avait l'air de ne jamais avoir souffert, tout était redevenu comme avant. Mais pourraient t'ils jamais lui pardonner ? Il explora la base et remarqua vite qu'il n'y avait personne. Il prit l'ascenseur et entra dans la salle de réunion. A ce moment là un éclair bleu jaillit devant lui. Un Huskra se tenait face à lui lui, montrant les croc. Ramirez se pencha en souriant.
-Bonjour !Comment t'appelle tu ?Dit il en lui caressant la tête. Pow sembla hésiter, il sentait deux odeurs :Celui d'un soldat d'Esperanza, un ami, et celui de Ramirez, un ennemi. Il sembla hésiter, et, voyant que cet homme ne lui voulait aucun mal, il pencha pour la première intuition. Ramirez regarda les tableaux au murs, un bateau familier qu'il semblait avoir déjà vu quelque part. Puis, il y avait une carte, une punaise était épinglée sur Yafutoma, signe que Vyse devait s'y trouver. Et il remarqua le télégraphe. Il attrapa d'un geste le morceau de papier et lut :

Ramirez.échappé.vous recherche activement.Restez sur vos gardes.Don.


Il mit ce message dans sa poche et pris celui qui annonçait son apparition, au moment où il allait le mettre avec l'autre, la porte s'ouvrit.
-Que fait tu là mon garçon ?Dit une voix. Ramirez sursauta et fit volte-face, il vit un homme d'environ 60 ans, un peu gras, cheveux blancs en queue de cheval. Il avait un bandeau sur l'Ïil et un bras mécanique. Un imprévu. Génial !Il ne devait révéler ses objectifs qu'en présence de Fina. Elle seule pourrait le comprendre.
-Je...Je suis un soldat d'Esperanza !J'apporte une nouvelle de la plus grande importance au capitaine Vyse !
-Parle sans crainte, je suis Drachma, Vyse a été pendant un temps sous mes ordres. Le visage de Drachma disait quelque chose a Ramirez, il ne douta pas.
-Le capitaine Vyse est en grand danger !Ramirez a surgit de nulle part et le recherche !L'Ïil de Drachma s'écarquilla. Je...Il remarqua qu'il tenait toujours le télégramme de Don dans la main. J'apporte un télégramme de l'amiral Don !Mais Vyse est parti pour Yafutoma et j'arrive trop tard...
-C'est une nouvelle de la plus haute importance !Je me dois d'avertir Vyse !Donne moi ton message mon garçon, il sera en sûreté avec moi. Drachma allais rejoindre Vyse ?Pas question de la laisser filer !
-Ma mission ne sera remplie que lorsque je remettrait ce télégramme au capitaine Vyse !
-Bien, je comprend, suis moi. Nous partons tout de suite.
-Le temps de préparer mon bateau et je suis prêt !
-Pas le temps, monte sur mon bateau, il n'y a plus une minute a perdre conclut Drachma en sautant sur l'ascenseur, Ramirez le suivit. Ils descendirent jusqu'au port.
-Quel est ton nom ?
-Arkh.
-Arkh, bienvenue sur le Little Jack !Dit Drachma. Le Little Jack était un vaisseau préhistorique qui portait un énorme harpon a son bout. Drachma et Ramirez se mirent ainsi en route vers Yafutoma.

Sur la route Ramirez s'assit sur le pont et observa les nuages filer...Drachma lui était à l'autre bout du pont, un verre de loqua a la main et le regardait d'un air indifférent de temps en temps Ramirez...Finalement, Ramirez fit le premier pas...
-Que veniez vous faire sur l'île croissant Mr Drachma ?
-Appelle moi Drachma mon garçon, je venais apporter quelque chose de très spécial à Vyse...
-Et qu'est que c'est ?
-Je ne sais pas si je suis autorisé a te le montrer dans ces circonstances mais...Bon, après tout, il doit être loin a présent, suis moi. Il fit descendre Ramirez jusqu'à la cale. Il y avait là une bâche étendue sur une table, vu la densité de l'objet, il ne devait pas prendre énormément de place.
-Après la chute de Soltis, Vyse a rendu le Delphinus, le bateau de guerre le plus puissant du monde au Roi Enrique Ier. Celui ci a profité de ses améliorations pour l'envoyer dans les profondeurs avec une foule de scientifiques...Les recherches ont avancées lentement et une équipe a pu envoyer une sonde dans Soltis...Et voici ce qu'elle nous a ramené...Drachma découvrit la bâche et Ramirez écarquilla les yeux, elle était sale et pleine de vase, mais son éclat était toujours aussi resplendissant et elle ne prenait pas la rouille...Devant lui se tenait Razor Blade, son épée perdue !
-C'était l'épée du tristement célèbre Amiral Ramirez. Vyse l'a terrassé, heureusement !Sinon, nous vivrions dans le chaos. Comme je passait dans les environs, le responsable du bateau a trouvé plus sûr de me remettre l'arme.
-Pourquoi ne l'avez vous pas entretenue ?Demanda Ramirez. Drachma fut surpris de cette question.
-Le problème est justement là mon garçon, dès que quelqu'un tente de la toucher, il est comme brûlé !Comme si cette épée n'obéissait qu'à son maître !Ramirez attrapa l'épée, Drachma voulut l'en empêcher. Ramirez compris alors la bêtise de son acte il lâcha Razor Blade sur le sol en mimant un cri de douleur, Drachma fut soulagé.
-Tu m'a fait peur !J'ai cru un moment que tu était lui!Dit le capitaine avant de remonter a la barre.

-Je voudrais voir le général Mendoza s'il vous plaît.
-Ah c'est vous Doc !Oui entrez il vous attend !Dit le garde en ouvrant la porte. Ramirez suivit Doc jusque dans la salle de réunion. Devant eux se tenait le conseil des amiraux.
-Ah...Dit Doc...Je suis désolé, j'arrive au mauvais moment...
-Tu ne me dérange jamais Doc !Entre donc !Dit celui qui trônait au bout de la table.
-Ramirez je te présente le général Mendoza, chef de toutes les forces armées de Valua.
-Entrez donc Ramirez !Dit Mendoza en l'invitant à prendre une chaise, Ramirez s'assit et regarda le conseil. Un nain était assis au bout de la table, il portait des lunettes et un béret violet qu'il tenait sous un scaphandre, a coté de lui, une superbe femme aux cheveux roux le scrutait de loin, comme si il s'agissait d'un bête curieuse. Devant elle, il y avait un homme, dans la force de l'âge, bien portant et musclé qui lui adressait un sourire franc. A sa droite se tenait un homme habillé en armure de couleur rouille, d'aux moins soixante ans, et qui restait indifférent. Mais celui qui le frappa le plus était celui qui était assis avec le général. Il avait la quarantaine, des cheveux gris noirs laqués et une barbe fine de la même couleur. Et son regard, quelque chose d'indescriptible, il se sentit comme sondé, transpercé, comme si cet homme d'un simple mouvement de tête, pouvait briser la porte de son esprit et s'y introduire. L'homme fixa un moment Ramirez qui tentait de rester impassible. Puis, Mendoza pris la parole.
-Bien, Ramirez, nous avons certaines questions a te poser. La première est: D'où viens tu ? Nous n'avions jamais vu quelqu'un comme toi avant.
-Je...Ramirez réfléchit, après tout, ces gens lui avaient sauvé la vie, il leur devait bien ça. Il leur expliqua donc son objectif et les amiraux l'écoutèrent attentivement, le nain n'arrêta pas de le questionner à propos de son bateau, Ramirez qui ne savait que son maniement ne lui fût pas d'un grand secours et il se mit a rechigner pendant toute la réunion. A la fin, L'amiral qui se tenait a droite du général se leva.
-Seigneur Mendoza, qu'est ce qui vous permet de croire cet individu ?Qui vous dit que ces cristaux de lunes ne sont pas un prétextes pour le laisser s'échapper ?Une puissance aussi colossale doit forcément être narrée dans un livre quelque part, or, je n'ai pas de souvenir d'en avoir jamais entendu parler.
-Vous dites vrai, Amiral Galcian, qu'avons nous comme garantie ?
-Mon vaisseau. Dit Ramirez.
-Jusqu'à preuve du contraire, on ne l'a jamais vu marcher. Intervint le nain.
-Effectivement, c'est pour cela que je vous charge de le réparer, Amiral De Loco. De Loco parut satisfait par cette réponse.
-Excellent !Dit il. Je m'y met tout de suite. Fit De Loco, content de ne pas avoir perdu sa journée.
-Ramirez, en attendant, je n'ai qu'un poste de soldat a vous proposer...
-J'accepte, répondit Ramirez qui voulait lui aussi en savoir plus sur ce complexe minier.
-Parfait !Dit Mendoza, la séance est levée




Ils longèrent les corail célestes et ne rencontrèrent pas ainsi la frontière d'Esperanza lorsqu'ils pénétrèrent dans le Récif noir. Seul Vyse et le Delphinus étaient arrivés a traverser le Récif Noir. Mais Drachma n'avait pas de temps a perdre, il fallait arriver a Yafutoma avant que Vyse ne parte coûte que coûte ! Ramirez était sidéré. Le Récif Noir était terrifiant, et magnifique en même temps. Les plantes, les rochers, même les monstres étaient étranges...
Ils voguaient ici depuis plusieurs heures...Les carcasses de bateaux jonchaient ça et là dans cette caverne brumeuse où il ne faisait pas bon vivre. Le vaisseau avança lorsque soudain, Drachma poussa un juron.
-Qu'il y a t'il ?Demanda Ramirez.
-Ramène toi sur le pont, on va avoir un sérieux ennemi a combattre. Il prit son vieux sabre qu'il avait baptisé Philosophe, en raison de son ancienneté. Il est vrai qu'après qu'il ait un peu élimé la lame, le sabre était beaucoup plus souple, tranchant et plus efficace en combat. Ramirez se précipita dehors et dégaina son sabre. Puis le rangea.
-C'est ridicule, dit Ramirez, ce n'est qu'un looper.
-COUCHE TOI BON DIEU !Hurla Drachma. Le looper noir cracha un puissant sort de feu que Ramirez évita de justesse il dégaina et bondit sur le monstre, lui assénant un coup bien placé qui lui causa beaucoup de dégâts, Drachma lança son a coup spécial main du destin et le monstre fut gravement amoché, il prit finalement la fuite.
-Alors ?Dit Drachma a son compagnon. Toujours écouter ses aînés !Dit il en le talochant avant de rejoindre la cabine en ronchonnant.

Drachma doutait, comment pouvait t'il avoir autant de points d'esprits pour seulement deux personnes ?Le soldat qui l'accompagnait était beaucoup trop puissant pour n'être qu'un simple soldat. Il haussa les épaules, voilà encore qu'il radotait, cet homme ne pouvait être que bon, il tentait d'aider Vyse, il était Ami, et non Ennemi. Il s'assit sur une caisse à coté du gouvernail, décidément, il était temps qu'il prenne sa retraite, il ne l'avait que trop mérité. Ce gars là, Arkh, avait l'air bien sympathique, si il n'était pas soldat, il aurait pût lui laisser le Little Jack. Ce bateau lui rappelait tellement de souvenir. Des bons comme des mauvais. Ah, si il n'y avait pas eu Rhaknam, tout serais si différent aujourd'hui, il serait encore avec son fils, en train de pêcher des poissons, et en vivant que pour l'entendre rire...Et pleurer...Une larme tomba le long de sa joue, il l'essuya d'un geste vif, allons, pas de sentimentalisme, il était Drachma le vieux loup de mer, celui qui n'éprouvait pas de sentiments a part celui du devoir...Il devait se montrer impassible...

Les rayons blancs du soleil transpercèrent la couche de nuages noirs qui entouraient le Récif, ils étaient enfin sortit de ce lieu étrange. Ramirez le regarda partir au loin, puis, regarda les petites îles qui flottaient de-ci de-là. Il entra dans la cabine.
-Capitaine ?
-Oui ?Répondit Drachma.
-Quand serons nous a Yafutoma ?
-Nous arriverons demain à l'aube, si nous avons le vent avec nous, nous pourrions y être au milieu de la nuit, mais vu le temps qu'il fait, il ne vaut mieux pas trop y compter...

Ramirez se regarda sous toutes les coutures, comme il avait fière allure dans ce costume Valuan!Vêtu d'une cuirassé argentée parcourue de dragons dorés. Il tenait fièrement Razor Blade a sa ceinture. Il sortit de sa chambre, bien décidé a visiter ce lieux étrange quand soudain, il se retourna brusquement, devant lui se tenait une petite fille au cheveux blanc qui le regardait fixement.
-Bonjour, dit Ramirez en souriant, qui est tu ?La petite fille se contenta de continuer a fixer Ramirez de plus belle.
-Ramirez !Doc arriva en haletant. Oh, bonjour Maria. La petite fille ne répondit pas. Je te présente Maria, Ramirez, c'est la fille du seigneur Mendoza, elle ne parle plus depuis cinq ans, depuis que sa sÏur a disparut dans une attaque de pirate...Doc, voyant que le sujet n'enchantait guère la petite fille, détourna la conversation.
-Oh, il faut que je te montre ces chiens que l'on dresse ici pour trouver les pierres de lunes ! Maria est très douée, tu verra, tu pourrais peut-être apprendre deux ou trois choses...Et il entraîna Ramirez, suivit par la petite fille dans les méandres du complexe minier du mont pierre de lune.

O vous qui êtes en une petite barque,
Désireux d'entendre, ayant suivi
Mon navire qui vogue en chantant,

Retournez revoir vos rivages,
Ne gagnez pas le large, car peut-être
en me perdant vous seriez égarés .

Vous autres peu nombreux qui avez levé
A temps le col au pain des anges, dont ici
On vit, mais dont on est jamais rassasié,

Vous pouvez mettre en haute mer
Votre bateau en suivant mon sillage
Avant que l'eau ne redevienne égale.



Dante :La Divine Comédie, le Paradis, chant II


Notes de l'auteur :
"Viper Dragoon" :Eyh oui !Ca vous surprend que je puisse faire autre chose que des conneries hein ?Avouez !(Sourire sadique)Enfin. Voilà mes fameuses notes dont je suis sûr que tout le monde me les envient.
-Ryu-Kan et Vyse sont trop polis...
J'ai fait exprès, j'ai remarqué lors dès dialogues entre Vyse et Ryu-Kan sont très humbles, alors j'ai voulut réutiliser ça dans le texte.
-Tu nous raconte ce qu'on sait déjà !
Pour le passage de l'île croissant(Et pour bien d'autre d'ailleurs)Je les ait refais, parce que je trouve (pour le passage de l'île croissant)ont aurais put faire des trucs géniaux si on avait planché un peu. Quand au couplets sur Galcian et Mendoza, ça, pour ceux qui possèdent la version Gamecube, on le comprend, mais il le disent pas certains trucs dans le jeu.
-Tu sais, ce que pense Drachma...
Ouais, je sais, ce n'est pas le perso principal, mais malgré tout, j'aime bien Drachma, c'est lui qui a fait les seul moment d'émotion dans Skies of Arcadia (Quand il raconte son histoire a Vyse et lorsqu'il vide le coffret de plumes, moi j'ai adoré, c'était BÔÔÔÔ !Snif)
"Ramirez" :Et moi ?Je fais pas de l'émotion ?
"Viper Dragoon" :Toi tu fais pitié.
"Ramirez" :*soupir*
"Viper Dragoon" :Où en étais-je ?Ah oui !Les notes !Ah bah ben c'est fini, je crois que j'ai tout expliqué...Slt !@+ !Bye !

Écrit par Viper Dragoon - Lire la suite ==>

Syndication : RSS Partenaires : DCGAMES Blue Swirl
Code couleur : noir = normal ; vert = Dreamcast ; violet = Gamecube
© 2002-2017 Copie partielle ou intégrale interdite sans l'autorisation des auteurs