Skies of Arcadia island

Devil Never Really Cry

Acte I : Le Paradis

Scène 3 : Tous ces cauchemars qui me hantent...


-Il te faudra aller plus vite que cela !S'exclama Ramirez sûr de lui. Ramirez se faisait courir après par les chiens. Il s'était lancé un sort de Quicka ainsi, l'armure Valuane lourde et solide ne l'handicapait plus. Un chien lui bloqua la route et lui bondit dessus, le faisant tomber sur le sol et lui léchant abondamment le visage. Il se surprit à rire, ce qu'il n'avait plus fait depuis bien longtemps. Il se sentait bien ici. Il avait complètement oublié sa quête. Ca lui faisait un bien fou, il pouvait respirer, aller où bon lui semble et s'entraîner avec d'autres soldats lorsque l'envie lui en prenait. Ceux ci s'écartaient à présent lorsqu'il approchait, la puissance de Ramirez frôlait l'invincibilité ici. Alors que dans le grand temple d'argent, l'entraînement le plus mineur n'était pas à la portée du soldat le plus expérimenté. Ils respectaient le nouveau venu comme un chef, sans se priver de plaisanter avec lui, sachant qu'il était malgré tout, bon bougre. Une cloche retentit, les chiens partirent à la soupe, le laissant seul. Il se leva, et, sentant son ventre gargouiller, il se dit qu'un bon repas ne lui ferais pas de mal. Alors qu'il remontait vers les appartements du haut. Il passa par les mines, il vit des Ixa'takiens travailler. Bien sûr, l'esclavage indignait Ramirez, et il avait dû se faire une raison...Mais ces ouvriers travaillaient après la cloche !Quelqu'un leur faisait faire des heures supplémentaires !Ramirez s'arrêta les regarder. Trois heures plus tard, les Ixa'takiens, pleins de sueurs et fatigués se levèrent et regagnèrent leurs cellules, on était au milieu de la nuit. Et Ramirez était toujours là, il n'avait pas bougé. C'était odieux, il devait en avertir sur le champ le général Mendoza...

-J'ai vu des gens insomniaques dans ma vie, mais jamais des gens comme toi...Dit Drachma en le réveillant. Pourquoi tu dors autant mon garçon?Ramirez se réveilla et cette question piqua sa curiosité. Pourquoi dormait il autant ?Il dormait déjà au a son réveil et avait bien dû piquer des dizaines de roupillons depuis. Alors que ça ne faisait qu'une dizaines de jours qu'il avait quitté l'île.
-Bah, nous arriverons a Yafutoma dans quelques heures. Tiens toi prêt !

-Vous êtes sûr que vous ne voulez pas attendre l'aube pour partir ?
-Non Daïgo, Répondit Vyse. Tant que nous n'aurons pas retrouvé ce médicament pour Fina, je n'aurais aucun répit. Dit Vyse.
-Je comprend que tu craigne pour la santé de ton amie, répondit le seigneur de Yafutoma, je suis désolé que l'on ait pût trouver du Ginseng, Ilchymis nous a acheté les derniers plans. Il y aurait une épidémie à Valua.
-Je vois, ça doit être sûrement là, la cause du problème. Bien, Ilchymis est dans son labo près de Glacia ?On y va !
-Rien ne presse Vyse !Le rassura Kirala. Ne t'inquiète pas !
-A mon avis, lui souffla Aïka, c'est l'inaction qui lui donne cette fougue...
-Où peut-être qu'il est resté trop longtemps la tête au soleil dans le poste de vigie !Les deux filles pouffèrent de rire et Daïgo sourit. Vyse prit un air indifférent.
-Allez, on y va...Dit ce dernier.

La grande muraille de Yafutoma apparût au loin, resplendissante, on aurait dit un immense serpent, protégeant le mont Kazaï comme si il s'agissait d'un quelconque trésor perdu... Ramirez était sur le pont et respirait la brise légère du matin. Bercé par le vent, amis des voyageurs et des solitaires, amis du juste et du mauvais, ami de l'infortune...Il aurait tant aimé sentir la caresse du vent sur ses cheveux argentés, mais malheureusement c'était impossible...Mais il ne fallait pas qu'il désespère !Et il espérait que, bientôt, le vent serais son éternel compagnon, et il pourra enfin vivre en paix. A jamais, pour l'éternité...
Ils débarquèrent enfin à Yafutoma, la ville était belle, les nuances de bleus ressortaient sur tous les bâtiments, les cascades avaient étés intelligemment utilisé pour le déplacement vers les différentes îles...Ils arrivèrent au palais impérial.
-Drachma !Dit Daïgo. Ca c'est une surprise!Je ne m'attendais pas avoir deux visites de suite !
-Empereur Daïgo, Vyse est t'il encore ici ?
-Et non, vous venez de le rater, mais comment savez vous qu'il était ici ?Ramirez parla.
-Je me nomme Arkh, je suis un Soldat d'Esperanza, je viens avertir Vyse d'un grand danger !
-Ramirez est de retour !Continua Drachma, et sa première initiative sera sans doute de s'en prendre a Vyse !
-Comment ?!S'écria Daïgo en se levant de son trône. Je vais en informer l'armada des Tenkous, nous serons a l'île croissant dans trois lunes. Vous deux essayez de rattraper Vyse et tenez le au courant, il tente de rejoindre Ilchymis dans l'océan nord, essayez de regarder si son navire est là, puisque vous ne pouvez pas monter au dessus des nuages. Ah !Une bonne vielle bataille !Voilà de quoi faire remuer a nouveaux mes rouages trop rouillés par cette vie de châtelain !Je vous rejoindrait dès que possible !
-Bien votre altesse, et ils se retirèrent.
-Mao, Jao ?
-Vous nous avez appelés...
-...Votre altesse ?
-Préparez le YinYang, nous sortons faire une petite promenade. Et les jumeaux se regardèrent en souriants...

-Nous avons le vent dans le dos, c'est parfait !Dit Drachma. Cap plein Est mon garçon ! Direction Ixa'taka !
-Oui capitaine. Dit Ramirez en tournant le gouvernail en conséquence...

-Général Mendoza !Général Mendoza !Ramirez courrait dans les couloirs, bouleversé.
-Ramirez qu'est qui se passe...Il ne prêta pas attention à Doc, et pénétra dans la salle de réunion en bousculant le garde. A sa venue les amiraux se levèrent.
-La séance est suspendue, dit Mendoza, nous en reparlerons, les amiraux se levèrent et quittèrent la pièce.
-Qu'il y a t'il Ramirez ?
-J'ai découvert que quelqu'un faisait travailler les Ixa'takiens a des heures impossibles !
-Quoi ?!Ne t'en fais pas Ramirez, je vais en parler à l'impératrice Théodora, pendant ce temps, reste tranquille, je t'aime comme un fils Ramirez, je ne voudrais pas qu'il t'arrive quelque chose à cause de ces affaires, il remarqua Doc qui regardait la scène de loin. Doc, raccompagne Ramirez dans sa chambre. Il a besoin de repos.
-A vos ordres. Et ils s'en allèrent, au détour d'un couloir, une voix les interpella.
-Alors comme ça, on interromps des conseils, sans la moindre excuse valable?Ramirez se retourna, Galcian se tenait devant lui.
-Je devais informer le Général du traitement des Ixa'takiens !
-Le général Mendoza ?Imbécile...
-Quoi ?!Comment osez vous parler de la sorte, vous n'êtes pas digne d'être sous ses ordres ! Ramirez dégaina son épée et avança, mais Doc le retint.
-Arrête Ramirez s'il te plait !
-Pour ton information, ce n'est pas le général que j'ai traité d'imbécile, mais toi. Et sache que je n'obéis qu'au pouvoir, lui seul, est éternel, quand tu aura compris le sens de mes paroles, je t'attendrais...Et il s'en alla. Doc le lâcha.
-Tu m'a fait une belle peur tu sais !Si tu l'avait attaqué, tu aurais été passible de peine de mort !Galcian n'est peut être pas aimable, il n'empêche que c'est le premier Amiral de l'armada. Ici, il faut les respecter, bon, médite là dessus, je te laisse, j'ai promis a Maria de venir la voir, salut !Doc s'éloigna dans les couloirs et Ramirez rentra dans sa chambre. Il s'étendit sur le lit. Le pouvoir ?Le pouvoir ?Qu'est ce que le pouvoir ?Que voulais t'il bien dire ?Le pouvoir, c'est ceux qui ont le pouvoir...Sur les autres ?Celui qui commandera les autres ?Le peuple, les gens...Il pensa a l'idée toute la nuit. Il ne dormit pas, ne pouvant supporter de passer pour un demeuré...Auprès de Galcian...


-Oh Vyse !Quelle surprise !Ilchymis laissa tomber son livre et s'avança jusqu'à lui pour souhaiter la bienvenue a son ancien capitaine.
-Bonjour Ilchymis, écoutez, je vais être bref, Fina est malade, nous avons besoin de Ginseng pour la soigner.
-Du ginseng ?En potion ?J'en ai encore une fiole, je pense que ça devrais suffire, donnez la lui boire et elle sera sur pied dans quelques heures !
-Merci Ilchymis !Nous avons voyagé longtemps en quête de cette plante !Il jeta la fiole à Kirala. Qui partit vers le navire.
-J'ai préparé du thé, je vous sers ?
-Ca c'est une idée !S'exclama Aïka.
-Mais...
-Pas de mais !On a bourlingué jusque là sans s'arrêter, alors on va un peu se reposer maintenant non ?Et c'est pas comme si il y avait quelque chose d'important qui nous attendaient a l'île croissant.
-Oh et puis tu as raison !Restons un peu, si on continue on risque d'attraper le scorbut ! Dit Vyse qui avait fini par céder devant le fumet du thé.
-Et puis je n'ose pas imaginer ton sourire sans dents...Déjà qu'il est loin d'être parfait...
-Très drôle...

Le Little Jack passa rapidement entre les montagnes de Rixis, Ramirez Frissonna.
-Que se passe t'il mon garçon ? Demanda Drachma.
-Une jour, notre garnison avait été attaqué par un oiseau géant ici.
-Le Roc ?Bah, Vyse l'a réduit en charpie il y a bien un an !
-Il l'a détruit ?!
-Bien sur !D'un coup de canon Giga, pan !Dit il en mimant le tir avec son doigt. Eh !Je t'avais bien dit que le Delphinus était très puissant !Ramirez ne pût que frissonner de plus belle en pensant au bateau qu'il devait posséder.
-Mais maintenant, ce bateau dors paisiblement dans les docks Valuans en attendant gentiment une nouvelle guerre. Quel gâchis !La tension retomba. Et Ramirez regarda le bateau s'approcher de l'océan nord.
-Dans combien de temps arriverons nous ?
-Dans quelques heures, on aura rattrapé Vyse, si ce gamin n'a pas encore la bougeotte !

-Je pense qu'on devrais y aller a présent.
-Bien, dit Ilchymis en souriant. Revenez quand vous voulez !Ils montèrent dans le bateau. Se dirigeant vers la chambre de Fina, elle dormait. Aïka toucha son front.
-La température baisse, la potion fait son effet.
-Laissons là se reposer.
-Un bateau arrive a bâbord !Cria Kirala du point de vigie dans la rigole...C'est...C'est le Claudia !
-Gilder ?Que fait t'il là ?Allons voir...
Peu après, une passerelle fût installée et Gilder sauta sur le Delphinus, le capitaine du Claudia n'avait pas pris une ride, mais son sourire avait disparut derrière un air grave et une face blafarde.
-Gilder !Que me vaut le plaisir...
-Ce n'est pas le plaisir qui m'envoie à vous Vyse, j'ai une mauvaise nouvelle a vous annoncer. Passant à Esperanza pour y faire une escale avec mes hommes, j'ai rencontré Don, bouleversé, Ramirez à surgit de nulle part et a fait un petit tour dans la ville.
-QUOI !!?
-Il vous a envoyé un télégramme auquel vous n'avez jamais répondu. Je suis venu chez vous et j'ai trouvé son navire, Vide. Don m'a dit qu'il l'avait assommé ainsi qu'un garde. Il a dût prendre son costume. J'ai remonté l'océan nord pour vous rejoindre a Yafutoma quand j'ai aperçut votre bateau par dessus les nuages. Si vous le voyez, il ne faudra pas hésiter a le supprimer, la paix mondiale est en jeu.
-Mais...et Fina ?
-Il ne faudra pas qu'elle voit la scène, elle pourrait avoir des remords.
-Je comprend...Dit Vyse, il vaut mieux éviter de retourner le couteau dans la plaie. Si Ramirez se présente, nous l'accueillerons bien chaleureusement !
-Je reste avec vous, vous aurez peut-être bien besoin de mes services. Envoie un appel Radio a Valua, dis à Enrique de venir avec le Delphinus, on ne sait jamais

-...I...na...
-Ramirez ?Ramirez c'est toi ?
-...I...na...o...é...tu...
-Je ne comprend pas ce que tu veux dire, parle plus fort !

-...Mirez...é...oi...
-Fina ?
-...Ne...prend...Pas...
-Fina ?Où est tu ?
-...

-...Ina...tend...ien...
-Ramirez ?Où est tu ?Je ne t'entend pas !Je suis perdue !Parle moi !

-...Mirez...tu...tend pas...due...
-Fina ?Je n'entend rien !Où est tu ?Je ne veux pas te perdre a nouveau !

Sa vision se brouilla, Ramirez ne vit plus rien.


-Tu commence à m'inquiéter mon garçon, nous en profiterons que nous sommes chez Ilchymis pour voir ça...Dit Drachma. Une silhouette se détacha a l'horizon.
-Ah !Le vaisseau de Vyse !Mais, il à de la compagnie on dirait, Gilder ?Méfions nous, c'est peut-être un piège, Ramirez pourrait être assez tordu pour nous faire ce coup là. Ramirez ne put s'empêcher de penser que Drachma n'était pas bien fin...
-Si j'aperçoit sa tête de rat dans l'coin, continua t'il, je lui fendrait le crâne !Cette phrase acheva ses derniers doutes.
Ils s'approchèrent des navires...

Le vaisseau de Vyse s'appelait le Zéphyrin. C'était un galion classique, un trimât propulsé par moteur à pierre de lunes. L'étendard des voleurs bleus trônait sur les voiles, la coque de couleur marron n'avait pas l'air d'avoir connu beaucoup de combats et la tête de proue était en pointe, un aigle royal était gravé dessus. Ramirez Ramassa Philosophe et sauta sur la passerelle. Un homme habillé en rouge, la trentaine, des cheveux bruns et portant des petites lunettes rectangulaires le fixait. A coté de lui, se tenait un mousse en bleu avec un bandeau sur l'Ïil. Les souvenirs lui revinrent.

-Com...Comment est ce possible ?Ramirez venait de lâcher Razor Blade et se tenait le ventre. Fina s'avança.
-Ramire...C'est fini...Viens. A ces mots il laissa échapper un rictus qui devint de plus en plus fou.
-Jamais, je ne me rendrais jamais, je donnerais ma vie et mon épée pour le seigneur Galcian !
-Ne fait pas l'idiot !Dit Aïka. Galcian est mort, il n'y a aucune raison a sacrifier sa vie pour un mort.
-Je dois regagner mon honneur !
-L'honneur d'un homme se mesure par sa vie, et non par sa mort. Dit Vyse
-TAISEZ VOUS !Je détruirais tout !Ce monde ne sera gouverné par personne !Il ôta le gant de sa main et laissa paraître le cristal qu'il contenait.
-Ramirez !Que...Que fais tu ?Dit Fina.
-Zelos est invincible, Zelos est tout puissant, et seul les Silvites peuvent le contrôler !
-Non !Ramirez !NOOOONNNN !!!
-HA HA HA HA HA HA HA HA HA HA !!!Zelos !Je sacrifierais ma vie pour te contrôler ! <
br>
-...Et voici Arkh, un soldat d'Esperanza que j'ai rencontré sur l'île croissant. Drachma venait de finir les présentations. Vyse et Gilder avaient l'air bouleversé par la venue de Ramirez, leur vieil ennemi.
-Nous ne somme plus en état de combattre Drachma !
-Ca fait si longtemps !Dit Gilder.
-Balivernes !Dit Drachma !On se bat toujours lorsque sa vit en dépend. Gilder marcha discrètement mais sans délicatesse sur le pied du vieux capitaine.
-On t'expliquera après...Dit il en serrant les lèvres.
-Bien, dit Drachma tout haut. Arkh, je pense que c'est là que nos chemins se séparent...
-Comment est ce que je rentre ?
-Et bien tu viens sur le Little Jack avec moi !
-Et mon bateau ?
-Ah oui !Vyse, ça ne vous dérange pas de le garder avec vous pour le ramener a l'île croissant ? Vyse avait des doutes, mais maintenant il en était sûr, Ramirez avait entourloupé Drachma et il s'arrangeait pour se faire porter jusqu'à sa base. Bien, il allait voir, ce qu'il en coûtait de vouloir prendre sa revanche...
-Arkh, peut tu décharger le matériel du bateau ?Dit L'homme au bras de fer.
-Tout de suite capitaine !Ramirez partit vers le bateau.
-Alors ?Que vouliez vous me dire ?Dit Drachma en se retournant.
-Arkh et Ramirez sont une seule et même personne.
-Quoi ?Pas possible !
-As tu au moins déjà vu son visage pendant la traversée ?Le vieux marin réfléchit, tout collait, il avait du mal à le croire, alors cet homme qui avait été aussi gentil avec lui n'était en fait que l'ennemi. Voilà donc pourquoi il avait autant de points d'esprit !Quelle naïveté, lui, si vieux, si sage, se faire berner par une ruse qui devait être aussi vieille que lui ?!Son cerveau ramollissait avec les ans...Ils en avait plus conscience à présent.
-Je sais que ça dois vous faire mal Drachma...Commença Gilder.
-Mais il s'est servi de toi comme d'un pantin pour lui permettre d'atteindre son but !Il ne mérite pas ta pitié, il le faut, ce soit même.
-Je...Je...Zut !J'aurais dût être plus méfiant !
-Ne t'inquiète pas, demain, tout sera fini...

Ramirez regardait les étoiles sur le pont du Zéphyrin. La nuit était splendide. Et les étoiles étaient comme des petits points incandescent dans le ciel. Il se sentait ridicule, face a l'immensité de ce spectacle. Il soupira, tôt où tard, il verrait Fina, alors il jetterais son arme, découvrirait son visage et commencerait ses aveux. En supposant qu'ils allaient le croire, les gens resterons gênés face a lui, la haine et la peur ne s'oublient pas si facilement. Seul le temps peut réparer les blessures de l'esprit, mais il savait que les blessures qu'il avait causées ne se refermeraient jamais.
-Belle soirée, n'est ce pas Ramirez ? Son sang ne fit qu'un tour, il se retourna et vit Vyse, Gilder, Aïka et Drachma qui se tenait derrière lui, armés, et prêts a bondir sur lui.
-Qu...Comment ?!Aïka brandit son arme.
-Surpris hein ?Dit elle, tu va payer pour ce que tu a fait a l'île croissant !Elle sauta sur lui et Ramirez eut juste le temps de parer.
-Ecoutez je...
-Il n'y a rien a écouter, le coupa Drachma, tu m'a trahis, tu nous a tous trahis !Il se jeta sur lui et Ramirez l'esquiva de justesse.
-Laissez moi parler !
-Pas question, tu as déjà fait bien assez de mal !Gilder tira une rafale de balle, Ramirez se fit toucher à la jambe. Vyse frappa sans dire mot. Il para de son épée, a ce moment, elle se fendit en deux.

Fina entendit un bruit depuis sa chambre. Que se passait t'il ?Vyse serait il entrain de se battre contre des monstres ?Impossible !A cette altitude, aucun monstre ne pourrait parvenir jusqu'au bateau, et de plus, ils ne lui parlerait pas. Qu'est ce que c'était ?Elle se leva, Cupil la suivit, se demandant pourquoi sa maîtresse se levait ainsi au beau milieu de la nuit. Elle ouvrit discrètement la porte du pont et regarda...Elle vit un soldat d'Esperanza, a genoux, du sang salissait le pont. Et Vyse, Aïka, Gilder et Drachma qui le regardaient. Que se passait t'il ? Elle voulait en savoir plus. Elle demeura cachée, pour voir comment la scène aller évoluer...

Ramirez était blessé, cerné, désarmé, il n'avait plus aucune issue. Il ôta son casque et fit face au autres. Son regard transperça les héros qui furent stoppés dans leurs actions, comme des images sur du papier.
-Ecoutez moi, je veux juste parler, après vous pourrez me tuer, si le cÏur vous en dit...
-A quoi cela servira t'il ?Demanda Aïka. Tu ne nous a pas écouté l'autre fois a Soltis, pourquoi serais-ce différent ?
-Tu veux gagner notre pitié pour mieux nous tuer lorsque nous aurons le dos tourné ? Poursuivit Drachma.
-Capitaine...
-Il n'y a plus de capitaine, tu m'a trahis, je t'avais fait confiance, et tu en as abusé, je n'ai que faire de toi, et de tes paroles que tu auras tourné pour mieux nous tromper, non, maintenant, tout est fini.
-Ramirez...Vyse plaça son sabre près de son cou. Adieu...
-NOOOOONN !!!Fina sortit de sa cachette, les larmes aux yeux et se précipita vers Ramirez.
-Fina ?!
-Pourquoi ne voulez vous pas écouter ce qu'il a à dire ?!Seriez vous haineux et rancuniers au point de tuer un homme qui ne vous a même pas attaqué ?!Les yeux de Fina n'exprimait pas de la colère, mais de la tristesse. Quand a Ramirez, il demeurait près de Fina et l'écoutait, comme si lui même ne croyait pas au coup de théâtre dont il venait d'assister. De la froideur de la lame de Vyse, il était passé a la caresse du vent, qui ne l'avait pas abandonné, malgré tout.
-Fina, dit Gilder, Ramirez est un danger pour la paix fragile qui s'est installée en ce monde. Si nous le...
-Croyez vous que dans cet état il soit un danger pour qui que ce soit ?!Aïka ne disait rien. Son amie avait raison. Ils avaient eut peur et avait bondit sur Ramirez comme des rats effrayés par un chat.
-Fina, nous avons étés un peu vite...Commença le capitaine du Zéphyrin.
-Je te croyais plus sensible Vyse, plus humain, mais c'est a croire que je me suis trompée.
-Fina. Dit Aïka, tu as raison, nous sommes désolés de notre précipitation. Je pense que nous devrions tout d'abord écouter Ramirez. Puis, nous déciderons ce qu'il adviendra de lui. Qui est d'accord ? Tous les autres acquiescèrent. Drachma qui restait silencieux baissait la tête. C'était la première fois qu'il avait honte de son comportement, lui qui avait pardonné a une baleine, n'avait pas su pardonner à un homme, il s'en voulait pour ça.
-Tiens lui, dit Gilder, il lui lança un cristal Sacrilen. Soigne le. Et met le dans une chambre. Le Delphinus nous rejoindra bientôt. Si jamais tu as un problème, appèle. Et ils s'éloignèrent. Laissant Fina seule avec Ramirez.
-Fina...Je...Commença t'il.
-Ne t'inquiète pas, je ne les laisserais pas te tuer une seconde fois. Et elle lui sourit. Ramirez ne sût pas si c'était dût au cristal mais après ce sourire, il avait le cÏur léger, et pourrait demain, affronter Vyse dans un combat où seul la parole l'emporterais.

Ramirez entra en trombe dans le bureau personnel de Mendoza, où personne n'était autorisé a pénétrer. Il surpris Mendoza et ses gardes en train d'effectuer le transaction de l'argent.
-Alors c'était vrai ?Dit Ramirez.
-Evidement que c'était vrai, pauvre demeuré, que croyais tu que l'impératrice me fasse en révélant cela ?Je serais exécuté !
-Comment avez vous pût...Moi qui vous considérait comme...Comme un père...
-HA HA HA HA !Tu est bien naïf cher Ramirez, c'est bien là ton plus grand défaut. Tu as du oublier ta tête en quittant la lune.
-Vous m'avez trompé, vous nous avez tous trahis. C'en est fini de vous Mendoza.
-Je te trouve bien optimiste sur ce point. Dit Mendoza, les cinq Soldats dégainèrent leurs épées et se ruèrent sous Ramirez, celui-ci, avait perdu son sourire...Pour 3 ans...Tout se passa en un éclair, il dégaina Razor Blade, il trancha, déchira, coupa, tua...Le dernier garde mort, il se tourna vers Mendoza.
-Ah !Non !Attend !Ne, ne me tue pas !On partage l'or 50/50 !Pendant que Ramirez avançait, le général lança une boîte Pyralen, le feu était immense et toute la salle brûlait.
-Adieu, on se reverra en enfer !Ramirez planta sa rapière dans le front de Mendoza. Celui ci marqua un instant un expression de surprise, sa dernière expression, et il tomba.
-Ra...Ramirez !Qu'a tu fait !Doc était derrière lui et avait entrevu la scène.
-Désormais Doc, je ne ferais plus confiance qu'au pouvoir, j'ai trouvé ma voie, et plus jamais, jamais je ne serais trahi de la sorte.
-RAMIREZ !!!!Doc hurla ce mot avant de s'en aller chercher des secours. Après son départ Ramirez, s'agenouilla, et de longues larmes coulèrent sur sa joue. Et il hurla, à celui à qui il avait confié sa vie, à sa trahison, à sa stupidité...


Le Delphinus rencontra le lendemain le Zéphyrin. Aussitôt une ribambelle de gardes se déployèrent autour du ponton, et tendirent leurs épées.
-Ses altesses impériales, le roi Enrique Ier et la reine Moegi !Enrique et sa femme sortirent de leurs cabines. Enrique était vêtu dans une grande cape de cérémonie qui ne semblait pas très pratique pour se battre, quand a Moegi, elle portait une robe en soie magnifique avec un manteau en laine blanche par dessus. Ils avaient l'air fatigués, on ne dors pas facilement lorsqu'on sait que l'homme qui a détruit son royaume est en vie...
-Bonjours Enrique, comment va tu ?Demanda Vyse.
-Ca pourrais aller mieux, Vyse. Et Ramirez ?Vous avez des nouvelles ?
-Oui, il est arrivé hier en fin de journée, nous l'avions maîtrisé avec les autres. Mais Fina a tenu à le laisser s'expliquer.
-Quoi ?!Après tout ce qu'il lui a fait ?!
-Je sais, c'est étonnant, mais de plus, pendant notre affrontement, Ramirez ne s'est pas battu. Sinon, je pense que nous aurions eut peu de chance de le vaincre. Il avait quelque chose, dans ses yeux, comme une lueur de désespoir qui demandait que quelqu'un l'entende, le comprenne. C'est pour ça que j'ai attendu ta venue, nous allons le juger comme il se doit, et nous débattrons de son sort.
-Bien, Dit Moegi. Je pense que c'est la solution la plus humaine.

Ramirez entra dans le salle de commandes du Delphinus transformée a l'occasion en tribunal. Lui aussi il avait peu dormi, contrairement a l'habitude. Sa jambe lui avait fait mal pendant la nuit. Une blessure faite par la haine ne se referme pas facilement...Enrique siégeait sur le trône, Moegi à ses cotés, les autres étés assis sur des chaises et regardaient fixement Ramirez. On lui demanda de raconter son récit, ils l'écoutèrent attentivement, puis le silence s'ensuivit, finalement Enrique prit la parole.
-Ramirez, voici ma seule question :Pourquoi ?
-Pourquoi ?Répéta t'il.
-Quelle est ta réponse ?
-Et bien il y en a plusieurs, pourquoi est ce que j'ai semé tout ce mal ?Je ne le sais pas moi même, je me suis perdu dans des émotions que je n'avais jamais ressentit avant, l'orgueil, l'arrogance, la frustration et le pouvoir, la plus vénale de toutes, celle qui m'a rongé jusqu'aux os, me faisant douter et sourire, je l'ai laisser prendre mon corps, mon cÏur et ma raison. Pourquoi me suis-je soumis a Galcian ? Parce que j'était trop troublé par la mort du général Mendoza pour faire quoi que ce soit, j'avais besoin que l'on me guide. Que l'on se serve de mon épée. Cette soumission m'a conduit a la destruction de Valua. C'est aussi la raison pour laquelle je ne me suis je pas rendu lorsqu'il en était encore temps. Pourquoi ais je eu des remords ?Parce que mon réveil a ouvert mes yeux, je ne sais comment j'ai survécu, mais les faits sont là. Pourquoi n'ai je pas tué Don, Khazim et Drachma et récupérer mon épée alors que ça m'aurait permis de rester dans l'ombre ?Parce que la mort de ces gens ne me rapportait rien et que j'ai décidé que mon bras serais guidé par la justice a présent. Pourquoi est ce que je continue a vivre alors que je sais que mon existence est voué a une fin certaine ?Pour les anciens, qui m'on formé dans les idées de la noblesse du combat et de la fierté. Pour Valua que j'ai servi malgré tout et que j'aimerais aider pour admirer son renouveau, pour tout le mal que j'ai causé qui ne sera jamais réparé même si je devait mourir. Et surtout...Il se tourna vers elle.
-Et surtout pour toi Fina. Toi qui a toujours été présente a mes cotés, qui m'a toujours soutenu et qui, même dans l'adversité, n'a pas pu, ni n'a voulu me haïr. Et il lui adressa un sourire furtif. Fina ne disait rien, l'émotion était trop forte, une boule lui nouait la gorge, elle ne saurait trouver les mots. Moegi ferma les yeux et Enrique aussi. Tous attendaient leurs verdicts. Enrique leva ses paupières d'un air souverain comme il en avait l'habitude.
-Bon. Qui veut donner une seconde chance a Ramirez ?Le silence s'installa et personne ne réagit, puis finalement, Vyse se leva.
-Moi. Tout le monde le regarda avec de grands yeux ébahis.
-Je reconnais ce que tu nous a fait, à mon père, à Fina et à nous, les pirates. Mais je pense qu'il serait idiot de ne pas regarder ce dont tu serais capable. Un grand pouvoir peut bien être utile en ses jours de reconstructions, les petits conflits éclatent, et je pense qu'il serait sage de voir où tu pourrais aller. Je fais une croix sur le passé, je suis pour. Fina se leva a son tour.
-Je le suis aussi !
-Je te suis. Rajouta Aïka.
-Si tu est si bon pour démolir, voyons ce que tu peut bâtir. Dit Kirala en les rejoignant.
-Drachma n'a pas oublié malgré tout. Dit t'il. Le capitaine n'est pas aussi vieux et mou qu'il le paraît...
-Eyh !Vous avez tous décidés de faire la fête ou quoi ?Dit Gilder en esquissant son désormais célèbre sourire. Moegi se leva en silence. Et Enrique lui prit la main et l'accompagna.
-Le sort en est jeté. Sur Léviathan, le dragon Valuan. Jurez que vous vous tiendrez a carreau. Dit il.
-Je le jure. Répondit Ramirez. Enrique sortit à pas rapides de la salle, il n'avait pas confiance, il n'approuvait pas la décision du tribunal. Ramirez aurait du payer, et il les a bluffés comme on émerveille un enfant en jetant de la poudre à canon dans le feu. Il ne pouvait croire que l'assassin de milliers d'innocents soit gracié, parce qu'il "regrette". Il partit dans sa cabine en disant au passage au gardes de fonctions.
-Qu'on ne me dérange sous aucun prétexte.
-Oui votre altesse.

Le Delphinus quitta froidement le pont du Zéphyrin. Moegi s'excusa pour Enrique, prétextant qu'il avait mal à la tête. Gilder partit après le dîner en les saluant chaleureusement. Quand a Drachma, il était parti sans dire au revoir, comme a son habitude en laissant a l'abandon sur le pont, Razor Blade. Et ils avaient repris le chemin de l'île croissant, le soir tombait. Fina conduit Ramirez à sa chambre.
-Voilà, c'est ici. Repose toi, tu as eut une dure journée.
-Attend, Fina.
-Oui ?
-Je...Crois tu que Enrique n'ait pas approuvé la décision du conseil ?
-Je le pense aussi Ramirez. Mais ça ne tenait pas qu'a lui. Il a dût annoncer a son peuple qu'il partait en guerre contre toi, et lorsqu'il va rentrer leur raconter...Les anciens riches le détesteront. Et les pauvres se souviendrons de leurs parents morts et pleurerons...Ce n'est pas facile d'oublier tu sais...
-Et toi. Pourquoi m'a tu pardonné ?Je t'ai fait souffrir, je t'ai maltraité, blessée a plusieurs reprises lors de nos affrontements. Je ne comprend pas.
-Ramirez...On est amis, est ce que tu te souviens ?Ce sont des choses que les amis font pour eux. Elle lui souhaita bonne nuit et partit pour se perdre dans l'obscurité du couloir. Le laissant planté là, achevé par cette surprise.

Ramirez se coucha, il croisa les bras derrière sa tête. La vie était si belle a présent. C'était si...Extraordinaire. Pour lui, le ciel était à présent dégagé, et aucun nuage n'apparaissait a l'horizon.
CA JE NOUS N'EN SOMMES PAS SI SÛR... Cette voix était venue si soudainement qu'il en tomba a la renverse.
-Hein ?Quoi ?où est tu ?
MAIS VOYONS RAMIREZ, SOUS SOMMES LÀ...EN TOI...
Comment ?Pensa Ramirez.
Là, tu commence a comprendre...
Qui êtes vous ?
QUI NOUS SOMMES ? RAMIREZ, NE ME DIT PAS QU E TU NE TE SOUVIENS PLUS...HA HA HA HA...

Qui êtes vous?!
OH OH !TRÈS BIEN, TU EST NOUS, NOUS SOMMES TOI, NOUS NE SOMMES QU'UN...JE SUIS...RAMIREZ...



Ce soleil qui brûla d'abord mon cÏur d'amour
M'avait découvert, prouvant et réfutant
Le doux aspect de belles vérités ;

Et moi, pour m'avouer corrigé
Et certain, autant qu'il convenait,
Je relevais la tête pour parler ;

Mais une vision se présenta, qui me retint
A elle si étroitement, pour la voir,
Qu'il ne me souvint plus de ma confession .
[...]
Si légers qu'une perle sur un front blanc
Vient moins doucement à nos regards ;
Tels je vis plusieurs visages prêt a parler ;



Dante :La Divine Comédie, le Paradis, chant III

>A venir :
Acte II :Le Purgatoire...



Notes de l'auteur :
"Viper Dragoon" :Ah ah !Le moment crucial !Que va t'il se passer ?Je vous fais languir pas vrai ?Bah, il faut bien préserver le(peu de)suspens de cette fic non ?Les questions ?Ah oui bien sûr, c'est tout ce qui vous intéresse hein ?Oui ?Ah bon...Bah d'accord.
-Les gentils toutous !(Ah nan couché sale bête !)
il me fallait une explication pour le savoir faire de Ramirez avec les chiens.
-Drachma...
Je sais, j'ai dût massacrer sa personnalité, mais j'l'aime moi ce gros tas de graisse tout ridé !
"Drachma" :-___- *Soupir*
"Viper Dragoon" :Te plaint pas, pour une fois j'ai pas dit que t'était bourré.
-Et l'autre babouin de Daïgo qu'est parti pour rien...
Je voulais mettre Daïgo parce que c'est le 2ème perso préféré(Spoiler révélé Oh yeah !), je trouve dégueulasse qu'on ne le mette presque pas dans le jeu, de plus, il risque de continuer a apparaître dans cette fic (Bah oui, je pouvais pas laisser la vedette a ce blaireau de Ramirez.)
-L'arme de Vyse qui tranche le sabre de Rami ?
L'arme en question étant croc céleste, je pense que vous l'avez remarqué, qui est son arme ultime. Si Croc Céleste est capable de fendre le vent, alors pensez vous, une vielle épée rouillée !C'est de la patte a crêpe !
-Un tribunal ?Ben voyons...
Je sais que ça fait un peu sitcom pourri, mais que vouliez vous qu'ils lui fassent, il fallait l'avis d'un conseil !
-La scène du "Pourquoi ?"
Les connaisseurs auront peut-être reconnu une (mauvaise)Imitation de la fic Fantaisie Ultime "Point de vue" de Angie-Sama sur le site de la Shinra corp. Mais je ne m'en suis qu'inspiré !
-Au tribunal, pourquoi Vyse s'est il levé avant Fina ?
Fina doutait un peu, Vyse est toujours prêt a pardonner et en plus c'est le héros. Les autres, voyant que le meilleur d'entre eux s'est levé ne tarderons pas a le rejoindre, pourtant, Enrique n'a pas voulu participé a l'allégresse générale, j'ai trouvé bon de le laisser hésitant, car Ramirez à tout de même rasé sa patrie ainsi que tué sa mère (Bien que c'était une bouffonne elle aussi).
-Léviathan ?
Le dieux des mers superstar de Final Fantasy, de plus, le dragon Valuan lui ressemble je trouve.
-Qui est nous ?
Z'aimeriez bien le savoir hein ?Gniark gniark gniark !Je pense que les accroc au fanfic de FF aurons sans doute découvert non seulement nous mais aussi ma source d'inspiration... Quand je vous ait dit que c'était pas a cause de Ramirez que j'ai eu l'idée de cette fic !
-Les trucs Zarbelous Strange de Dante divin chépakoi que tu nous sort a chaque fin de chapitre...
Aloooorss...Il s'agit de la divine Comédie de Dante, (Non pas celui de devil may cry)J'ai organisé le texte sur quelques points similaires, cette fic au début devait s'appeler, Divine Comédie, mais j'ai changé d'avis, j'ai préféré lui donné le nom "Devil Never Really Cry"(Pour cause de flemme, nous l'appellerons DNRC Ok ?)Pour une référence a Devil May Cry dont le héros s'appèle Dante (Comme l'auteur de la divine comédie) Si vous êtes nul en anglais,(Ce qui est compréhensible je vous l'accorde) Devil May Cry veut dire : "Le démon peut pleurer"Or, le titre de la fic est "Devil Never Really Cry", ce qui veut dire "Le démon ne pleure jamais vraiment", je n'ai pas fini de vous expliquer le pourquoi du comment du titre, je le ferais plus loin, c'est volontaire, et attendez vous a ce qu'il y ait des fins comme ça a chaque fin de chapitre (C'est pour prouver que je suis intelligent parce que je lis de gros livres !J, malheureusement le plus souvent sans les comprendre L)

Allez, sur ce je vous laisse, une dernière chose, cette fic fonctionne comme les tribulations, si vous avez aimé, et que vous voulez que je continue, écrivez a viper.dragoon@laposte.net, ou sur le forum, sinon, pas suite !Hé hé, ma cruauté m'étonne !Non seulement je suis cruel, mais en plus je suis beau !
"Ramirez" :Mythomane...
"Viper Dragoon" :Dekôajmemel, résidu de produit marketing ?!ULTIMA !(Ramirez was die)

Allez !Have fun, mangez des pommes, be aware!Salut!


@+ et ULTIMA !!!!

Écrit par Viper Dragoon - Lire la suite ==>

Syndication : RSS Partenaires : DCGAMES Blue Swirl
Code couleur : noir = normal ; vert = Dreamcast ; violet = Gamecube
© 2002-2017 Copie partielle ou intégrale interdite sans l'autorisation des auteurs