Skies of Arcadia island

Devil Never Really Cry

Acte II : Le Purgatoire

Scène 2 : Briser la bte en moi...

Ramirez, vêtu d'un simple pantalon pour l'empêcher de se suicider, attendait, assis sur une chaise, au milieu d'une grande pièce déserte. Il tentait de faire le vide dans son esprit pour pouvoir affronter l'examinateur, celui qui l'accompagnerais jusqu'à sa "guérison". Il n'était pas parvenu a convaincre Zelos, et de son coté le symbiote n'avait pas fait changer d'un pouce la décision de fer de Ramirez de ne servir plus que la paix. Ils étaient donc condamnés a dominer, ou a être dominé. Ramirez avait quand même plus de temps de répit, Zelos prenant tout son temps pour mieux le posséder, ne parlait pas lorsque ça n'était pas indispensable et laissait Ramirez gérer. Quand a lui, le Silvite tentait de se concentrer au maximum pour ne pas laisser Zelos parasiter son cerveau. La gond de la porte pivotèrent et un homme rentra. Il était vêtu de bleu et portait des lunettes, il avait des cheveux noirs et des petits yeux de la même couleur. Il lui sourit. On avait pas choisit n'importe qui, se dit Ramirez en observant un peu plus le scientifique, on voyait bien, que les pans de sa toge masquait un corps rigoureusement entretenu selon les rites guerriers de Yafutoma. Il s'avança près de Ramirez.


-Puis je m'asseoir ?Demanda t'il, pour toute réponse, Ramirez lui tendit la chaise. Il s'installa sans perdre son sourire lumineux.
-Bonjour, je suis le professeur Drake. Je suis le scientifique chargé de ton examen. Vu qu'il ne répondait pas. Drake continua lui même.
-Bien, voudrait tu me parler de ton problème ?
-A condition que vous cessiez vos air de pédantes. Je ne suis pas fou.
-Comme tu voudras. Alors Ramirez, osa t'il. Pourquoi me dit on le contraire ?
-Les gens croient que je suis fou parce que j'entend Zelos, le giga d'argent. Ramirez s'aperçut que c'était exactement le genre de paroles que les fous prononçaient pour leur défense.
-Raconte moi. Dit Drake ? Et il lui compta son périple pour obtenir le pardon de Fina, comment Zelos l'avait sauvé et quelles étaient ses intentions.
-OK. Dit Drake. Et que te dit il maintenant?
-Rien, il économise ses force pour avoir une meilleure emprise sur moi le moment venu.
-Et quand arrivera ce moment ?
-Ecoutez. Dit a la fin Ramirez, excédé par toutes ces questions, je sais que vous faites votre boulot, mais je ne suis pas fou il faut trouver un moyen de stopper Zelos avant qu'il ne devienne trop...
TROP QUOI ?Ramirez stoppa net.
-Trop quoi ?Demanda Drake.
-Il est là. Dit Ramirez.
EH BIEN ?TU NE NOUS ANNONCE PAS ?CE N'EST PAS TRÈS AIMABLE A TOI RAMIREZ !
-Que dit il ?Demanda Drake.
-Il se moque et... Il se prit la tête entre les mains...Argh...Non...Fuyez...Je...JE N'AI PAS BESOIN DE SE PANTIN POUR M'EXPRIMER. L'emprise devenait de plus en plus forte et Ramirez résistait autant que son mental pouvait lui permettre, mais il avait de toute manière, affaire a un adversaire bien trop puissant, même pour le plus fort des Silvites, et la barrière de son esprit céda peu a peu, se laissant envoûter par la force maléfique.
-Ramirez ?Que se passe t'il ?C'est moi Drake !Le scientifique paniquait, son sujet s'agitait dans tous les sens, au moment où il allait appeler la garde, Ramirez le saisi d'un geste a la gorge.
-TAIT TOI MISÉRABLE CRÉATURE. Dit Zelos en resserrant son étreinte. COMMENT OSE TU PRONONCER TON NOM ET LE NOTRE DANS LA MÊME PHRASE ?! Il ferma son poing libre et frappa le mur. Il se forma un impact et la roche se fendilla, le mur s'écroula au second coup, et il lança Drake encore abasourdi sur le sol avant de sortir de la pièce. La pièce d'à coté était la salle des garde, a sa vue, ils prirent leurs lances, ou leurs sabres et se ruèrent sur lui. Zelos n'eut pas beaucoup d'effort a faire il frappa du pied sur le sol et une onde de choc les firent tomber. Il attrapa un garde qui tentait de s'enfuir
-Ne me faites pas de mal !Ne me faites pas de mal !
-OÙ EST RAZOR BLADE ?OÙ EST ELLE ?
-Hein ?Qui ça ?
-NOTRE ÉPÉE, NOUS SAVONS QUE VOUS L'AVEZ !
-Votre...Votre épée est gardée par le seigneur Daïgo en personne.
-POUR TA FÉLONIE TRAÎTRE JE VAIS TE FAIRE UNE FLEUR :TU SERA LE PREMIER A MOURIR. Et avant même que le soldat ait entendu la fin de la phrase il lui écrasa la tête contre le sol. Ne s'occupant pas du sang qui coulait a torrent et des soldats désarmés qui tremblaient dans un coin, il ramassa l'épée du mort et parti vers la sortie.
Après qu'il soit sortit, les gardes se précipitèrent vers Drake et l'aidèrent a se relever, celui ci saignait un peu de la lèvre. En reprenant ses esprits il éclata de rire.
-Maître Drake vous allez bien ?Demandèrent les gardes.
-C'est un coriace celui là il me plait !HA HA HA HA !Les soldats furent désappointés par le rire du scientifique.
-Allez prévenir le seigneur Daïgo, je me charge de le retenir. Dit il et il se lança un sort de Quicka.

Zelos, ou plutôt le corps de Ramirez avançait a pas lents, car un plus sa condition physique se dégradait, plus l'autre risquait de prendre le dessus.
-Tiens toi tranquille !
Je ne te laisserais pas leur faire plus de mal !
-MAIS QUI VONT ILS CROIRE ?CELUI QUI A LES MAINS PLEINES DE SANG, C'EST TOI...
Je ferais tout mon possible pour te neutraliser. Zelos ressentit un vif mal de tête. Ce n'était pas le moment de flancher, avec Razor Blade, Ramirez ne pourrait plus rien faire, il sentait la chaleur de sa rapière, Zelos d'un seul pas se dirigea vers le palais, il se rapprocha, n'ayant que faire des gardes qui se mettaient sur son chemin pour l'en empêcher et qu'il écartait aussi facilement que des mouches. Quand soudain Drake arriva en Quicka suivit de près par Mao et Jao. Il portait une lourde épée a deux mains gravée de runes.
-En garde Ramirez, voyons ce dont tu est capable !Dit Drake, et sans attendre la réponse, il frappa et fendit...L'air, Zelos les avait distancés de quelques pas et ne prêtait aucune attention a eux comme si ils étaient de vulgaires insectes sur sa route vers le pouvoir.
-Nous t'interdisons...Commença Mao.
-...De nous traiter de la sorte. Finit Jao. Ils bondirent sur lui Zelos Attrapa Mao au vol et le lança sur Drake pour rompre le sort qu'il allait lui lancer et se baissa de justesse pour éviter les coups de Jao. Mais les jumeaux se relevèrent et Drake prépara un autre sort en autant de temps qu'ils avaient étés déstabilisés.
-ETERNUM !Cria Drake. Les flèches d'argents transpercèrent Zelos qui sourit et intérieurement, Ramirez hurlait, car la suite, il ne la connaissait que trop bien, Zelos aspirait les attaques magiques argents.
-MERCI DE NOUS AVOIR REDONNER NOTRE FORCE PITOYABLES HUMAINS. POUR VOUS EN REMERCIER, NOUS ALLONS DONC VOUS MONTRER CE QU'EST UN VRAI SORT. ETERNUM !Avant que toutes les flèches n'aient atteint leurs buts, les trois combattant étaient déjà morts, a présent Zelos avait assez d'énergie pour arriver jusqu'à la salle du trône.

-Il a terrassé Mao et Jao comme si il s'était agit de deux enfants !Dit le conseiller. Il approche dangereusement du palais votre altesse.
-Je vois, prenez l'épée et réfugiez vous chez les Tenkous, ne descendez que si je vous en donne l'ordre, même si je meurs, il ne faut pas que Ramirez ait cette arme. Acheva Daïgo, décidé a en découdre, il était en tenue de combat, c'est a dire, une armure bleu azur dans la plus pure tradition Yafutomane, dépourvue de casque, elle avait néanmoins sur la poitrines, six pierres de lunes de chaque couleur incrustée en un cercle. Le conseiller mis l'épée de Ramirez dans une boîte en fer partit a la hâte.
-Sacré fardeau que tu me fait porter Vyse, mais je ne faillirais pas, il en va de l'honneur de notre patrie !
A peine le conseiller était il monté dans la navette qu'un autre soldat grièvement blessé fit irruption dans la pièce.
-Ramirez mon seigneur...Ramirez il est...Il n'acheva pas sa phrase, il fut transpercé. Zelos entra, un sabre a la main, et Daïgo se leva.
-Ramirez !Traître a ta parole !Tu ne mérite pas notre amitié !Je jure que mon katana boira ton sang !
-Non c'est...TAIT TOI RÉCEPTACLE !A ce changement de voix Daïgo sursauta.
-Tu n'est pas Ramirez, non. A qui ais je donc l'honneur ?Demanda le souverain, un sourire narquois au coin des lèvres.
-NOUS SOMMES ZELOS LE TOUT PUISSANT, NOUS VENONS REPRENDRE RAZOR BLADE.
-Zelos, allons Zelos n'est pas comme ça !Je l'ai combattu il avait l'air d'un géant !Dit Daïgo en espérant gagner du temps.
-IL N'EN EST POINT D'AUTRE QUE NOUS. NOUS VENONS REPRENDRE NOTRE DÛ ET...Il s'arrêta brusquement. L'ÉPÉE BOUGE !
-Quoi ?!Dit Daïgo surpris que sa supercherie soit mise a jour.
-VOUS N'ÊTES QU'UNE DIVERSION !STUPIDE HUMAIN !VOUS ALLEZ MOURIR NOUS EN FAISONS LE SERMENT !
-Pour ça il faudra me tuer !Dit Daïgo, et tu n'a rien vu de mon potentiel, jusque là, les ennemis que tu as affronté ne possédaient pas de coups spéciaux, a part Vyse bien sur, ta seule défaite non ?Dit il en dégainant son arme, un superbe Katana de 150 cm dont la lame était parcourue d'un dragon doré, c'était l'épée ancestrale des souverains Mikados.
-NOUS ALLONS VOUS TUER. Dit simplement Zelos avant de s'élancer, Ramirez se battait pour stopper son poing, ce qui permettait a Daïgo de parer chacun de ses coups, le combat s'éternisa et les gardes qui étaient venus sauver les blessés, revenaient a présent pour les voir se battre, ainsi que Drake, Mao et Jao, ressuscités par un sort de Riselem. Daïgo faiblissait, Drake le voyait bien, mais il économisait de précieux point d'esprit en se protégeant plutôt qu'en attaquant, alors que Zelos, emporté dans sa fureur de vaincre, frappait le plus fort possible, finalement Daïgo éclata.
-Parfait !A mon tour !Il saisit une pierre de lune rouge polie qui était incrustée dans son armure. Et enclencha son attaque spéciale...


...God of fire...
...God of Destruction...
...Give me strenght to protect the peace...
...On the way of the justice...

...Need you're help...
...Need you're strenght...
...Need your power...

TO GUIDE MY BLADE!!

TAKETSU!!!!!



L'attaque fut ravageuse, l'épée de Daïgo semblait n'être qu'un torrent de flammes, un dragon de soufre et de feu, il toucha Zelos de plein fouet, celui ci vacilla. Il ne souffrait pas, mais le corps de Ramirez n'en pouvait plus et il s'effondra au sol. Daïgo, s'appuya sur son épée, épuisé par ce long combat le regarda un moment, un soldat pris son sabre et le leva quand Daïgo le stoppa net.
-On ne touche pas a Ramirez.
-Mais...Il a tué plusieurs hommes !
-Que nous avons ressuscité a temps, fort heureusement. Ce n'est pas Ramirez, maintenant j'en suis sûr.
-Qu'est ce qui vous permet de dire cela votre altesse ?
-Il y a quelque chose qui m'intrigue...La pierre de lune d'argent qui était incrustée dans son armure brillait d'un éclat inhabituel.
-C'est...C'est comme dans les légendes ancienne sur Blueheim !Dit Drake. On disait que lorsque Blueheim était a proximitée, les pierres de lunes bleues étaient en sur-brillance !vous pensez que Ramirez...
-Parfaitement. Vous voyez poursuivit Daïgo. Ramirez n'est pas un fou, c'est même un héros pour avoir résisté a son emprise avec un telle bravoure. Envoyez quelqu'un avertir Vyse sur le champ. Quand a Ramirez, faites tout ce qui est nécessaire pour l'immobiliser, si il faut l'enchaîner, alors que ce soit fait sur le champ !
-A vos ordres !Et ils traînèrent le corps de Ramirez hors de la salle du trône. Laissant Daïgo seul. Il tomba sur son trône lourdement.
-Quelle journée !S'exclama t'il. Et il tout en soufflant un grand coup, il se laissa porter par ses pensées...
-Père...J'aimerais que vous soyez encore parmi nous...Vous auriez su quoi faire...Suis je au moins un bon souverain pour mon peuple ?Les gens m'apprécient t'ils pour ce que je suis, et non pour ce que je suis censé être ?J'aimerais tant savoir...Moegi...Père...Et en partie grâce a la fatigue du combat, il s'abandonna lentement a la mélancolie des années passées...

ESPÈCE D'IMBÉCILE !TU A FAIT ÉCHOUER MON PLAN !
Eyh !Ca n'est pas ma faute si tu est trop faible pour réussir ce que tu entreprend!
TU EST BIEN ARROGANT TOUT D'UN COUP !DEVRONS NOUS TE RAPPELER QUE TU EST LE PLUS FAIBLE D'ENTRE NOUS ?!
Tu veux dire, j'était.
Zelos marqua un temps. Il avait trop peur de comprendre.
QUE VEUX TU INSINUER ?
Tu devrais le savoir pourtant !Nos esprits sont communs !
NOUS T'INTERDISONS DE FAIRE ÇA !
Je n'ai aucun ordre a recevoir de toi, car le pantin entre nous deux, c'est toi. Car sans moi, tu n'est rien. Tu ne pourra pas m'en empêcher a temps. Zelos eut un rictus.
AH !LE TEMPS !QU'EST CE QUE LE TEMPS ?!UNE INVENTION DES HUMAINS POUR SE DONNER UNE EXCUSE A LEUR FAIBLESSE. C'EST TOI QUI EST FAIBLE RAMIREZ, TU CROIS QUE TA SOLUTION EST DU COURAGE, MAIS ÇA N'EST QUE DE LA LÂCHETÉ !TU PRÉFÈRE MOURIR QUE DE NOUS COMBATTRE EN FACE !TU EST AUSSI PITOYABLE QU'EUX !RÉCEPTACLE !
Je n'ai que faire de ton avis Zelos, je sauverais ce monde en le débarrassant de ses deux plus grands fléaux !Toi et moi !
CROIS TU VRAIMENT QUE SANS NOUS, LE MONDE CONNAÎTRA UN RENOUVEAU FABULEUX ET QUE LES ÊTRES HUMAINS VIVRONS EN PAIX JUSQU'À LA FIN DES TEMPS ?
...
OUVRE LES YEUX RAMIREZ :TU N'AURAIS JAMAIS DU TE DÉTOURNER DE GALCIAN !CE MONDE DOIT ÊTRE DOMINÉ POUR QU'UN SEMBLANT D'ORDRE Y RÈGNE !
Je ne me ferais pas abuser par ces mots une seconde fois !Je te sais fourbe et cruel, tu ne rétablira pas un ordre, tu ne feras que répandre le chaos en brûlant la terre a chacun de tes pas !Tu est une monstre Zelos, non, tu est pire que ça en fait :Tu est une aberration même inférieure au monstres !
TE RAPPELLE TU SEULEMENT DE CES MOTS RAMIREZ ?
TUEZ UN HOMME, VOUS ÊTES UN MEURTRIER.
TUEZ EN DIX, VOUS ÊTES UN ASSASSIN.
TUEZ EN MILLE, VOUS ÊTES UN MONSTRE...
TUEZ EN DIX MILLE...
...Vous êtes un conquerrant...Acheva Ramirez, cette devise il ne l'avait que trop entendu de la bouche de Galcian. Et Zelos l'avait sortie du fond de ses pensées pour la retourner contre lui.
TU NE PEUT PAS TE BATTRE CONTRE TOI MÊME, PAR CONSÉQUENT TU NE PEUX NOUS VAINCRE, SOUMET TOI !
Jamais !Je mourais pour te tuer !...


...Conquerrant !...

***

Mais ces âmes, alors qui s'étaient avisées,
A me voir respirer que je vivais encore,
D'étonnement devinrent toutes pâles.

Vaines ombres, hélas !sauf en apparence !
Sur elle par trois fois je rejoignit les mains,
Et trois fois sur moi sein elle revinrent se battre.

Je crois que sur mes traits se peignit la stupeur,
De quoi l'ombre sourit et puis se retira ;
Mais sur ses pas je m'avançait plus loin.

Elle me dit doucement de rester ;
Lors je la reconnu et je la suppliai,
Pour me parler de s'arrêter un peu.

Elle me répondit : " Ainsi que dans mon corps
Mortel je te chéris, ainsi libre je t'aime ;
C'est pourquoi je m'arrête. Et toi pourquoi viens tu ? "



Dante :La Divine Comédie, le Purgatoire, chant II




Notes :
"Viper Dragoon" :VIIIPPPERRR YOUPLABOUM C'EST LE ROI DU MACADAMEEUUUH !!!Oupps, j''m'égare !Bienvenue a vous donc, fidèle lecteur, en ce lieu d'égarement ![Ouah !Le jeu de mot !Faut que je le note quelque part avant que je l'oublie !Ah ben c'est déjà fait...[Goutte de sueur]]
-VIPPPEERR YOUPLABOUM C'EST LE ROI DU SITCOM POURRIII !!!
Ouais, je sais, pour l'asile, je commence a m'égarer, mon plus gros défaut dans la fic sérieuse, c'est que j'élabore bien le début et la fin, mais je sais pas élaborer le reste !
-Drake ?
Alors, personnage pas indispensable en tout point a ce récit, Drake est important pour deux raisons, l'une insignifiante, et l'autre stupide [Les deux font la paire !Les deux font l'affaire !]
*L'insignifiante :Il fallait un doc pour Ramirez.
*La stupide :Je me suis lancé un pitit défi a moi même :Mettre dans toutes mes fics sérieuses un mec qui s'appellerait Drake en l'honneur des Cids de Final Fantasy. Pour l'étymologie, bah Drake, c'es mon pseudo quand il n'y a pas assez de place pour le rentrer !
-Taketsu ?
Alors...Cette attaque vient du manga : "Les élémentalistes." que j'ai bien aimé, bah oui, puisque Daïgo vient de Yafutoma, il devait avoir une attaque en japonais, mais pour l'intro c'est de l'anglais [Vu que je n'excelle pas dans cette langue, je me passerais des commentaires des anglophobes]Pour ses attaques spéciales, c'est simple, Daïgo a une bonne frappe Physique, mais nettement inférieure a celle de Ramirez, ses attaques spéciales, extrêmement puissantes, lui demandent beaucoup points d'énergie et un appui sur une pierre de lune !Voilà !
-Daïgo qui délirrrreeee grave...
Oui bon, Daïgo est LE point de vue de la partie !
"Daïgo" :Ce serait dommage de l'oublier !
"Viper Dragoon" :Parfaitement Daïgo-san !Il faut donc parler un peu de ce qu'il ressent.
-Rami/Zelos a la fin.
Pour ce passage, vous l'avez compris Ramirez croit que a seule échappatoire est de se suicider [et là, vous vous dites, lecteur : "Il aurait quand même plus avoir l'idée plus tôt parce que pendant ce temps, je me suis fait c... A battre cette $ù@$¬ù de Rami/Zelos a la fin de Skies]
Quand a l'aberration inférieure au monstre, lisez le tome 23 de Kenshin le vagabond ou relisez le si vous avez pas compris...Et pour la devise a Galcian, c'est un pôte a moi au lycée qui me l'a sortie !Je crois qu'elle viens de Warcraft enfin, je crois...

Allez, je vous laisse au prochain chapitre !

@+

Écrit par Viper Dragoon - Lire la suite ==>

Syndication : RSS Partenaires : DCGAMES Blue Swirl
Code couleur : noir = normal ; vert = Dreamcast ; violet = Gamecube
© 2002-2017 Copie partielle ou intégrale interdite sans l'autorisation des auteurs